Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2001 → Contribution à l’étude phyto-écologique des peuplements halophytes dans le nord de l’Oranie

Université Aboubeker Belkaid de Tlemcen (2001)

Contribution à l’étude phyto-écologique des peuplements halophytes dans le nord de l’Oranie

GHEZLAOUI SIDI MED

Titre : Contribution à l’étude phyto-écologique des peuplements halophytes dans le nord de l’Oranie

Auteur : GHEZLAOUI SIDI MED

Université de soutenance : Université Aboubeker Belkaid de Tlemcen

Grade : Magister Biologie 2001

Résumé
La végétation de la région méditerranéenne comme toutes les végétations du globe terrestre résulte de l’interaction d’une multitude de facteurs écologiques, toutefois elle doit sa spécificité au climat (Aubert Guy, 1988). Le changement continuel de la structure végétale du Nord de l’Oranie, résulte en fait de l’action conjuguée de l’homme et du climat. L’importance de ces facteurs ne pourrait être évaluée que par un indicateur précis qu’est la végétation. Dans l’Ouest algérien, en Oranie sur les piémonds, la végétation est à l’image du climat. La saison estivale dure 6 mois environ, sèche et chaude, alors que le semestre hivernal, d’octobre à avril est pluvieux et froid. En effet la pluie avec la température constituent la charnière de climat, elles influent directement sur la végétation (Bary-Langer et al, 1979), et c’est pour cela que le cortège floristique doit sa diversité à l’effet des précipitations conjuguées à celui des températures. Afin de connaître la diversité et ]’hétérogénéité des formations végétales de ces atriplexaies, il a été jugé utile d’engager cette étude par la réalisation de relevés floristiques, l’attention a été accordée aux espaces occupés par les espèces vivaces dominantes (A triplex halinius, Lygeuin spar1um, Salsola ’er,nicuIata, 7àtnarix gallica et autres Chénopodiacées). L’étude floristique de ces atriplexaies au nord de Tlemcen (Zénata) et autour des Sebkhas d’Oran et d’Arzew montre une forte pression humaine. La composition floristique comprend 3 catégories d’espèces mésophiles des versants frais des espèces steppiques et une formation végétale dominée par les halophytes (A triplex haliinus, Sal.sola i’erniiculata, Suaeda frulicosa, ... ). Enfin les structures des peuplements rencontrés accusent des modifications importantes en groupe de transition (Mosaïque, interférence) au détriment des groupement purs, bien individualisés. L’AFC (Analyse factorielle des correspondances) réalisée a permis d’individualiser un certain nombre de noyaux attirés par les paramètres (édaphique, humidité...). D’autre part les travaux édaphologiques menés sur les stations de ces atriplexaies montrent que ces sols sont de texture fine allant jusqu’à 72% de sable, une structure lamellaire pour la plupart, une teneur en carbonate de calcium (10,5 à 45%), une teneur en matière organique relativement élevée jusqu’à 20,4%0, et enfin une salinité moyenne à élevée (conductivité électrique comprise entre 0,7 et 2mS/cm. Entre 200 et 300 mètres d’altitude en moyenne, le phénomène de rubéfaction et celui de l’encroûtement semblent se succéder à toutes les échelles.

Mots clés : Atriplexaie Cortège floristique Bioclimat. Edaphologie Sebkha dOran.

Présentation

Version intégrale (33,91 Mb)

Page publiée le 29 septembre 2010, mise à jour le 24 septembre 2018