Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Mali → Influence du parcage de nuit des bovins sur la fertilité du sol et la productivité du sorgho à Koutiala en zone Mali-sud

Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée IPR/IFRA de Katibougou (2019)

Influence du parcage de nuit des bovins sur la fertilité du sol et la productivité du sorgho à Koutiala en zone Mali-sud

Kasse, H.

Titre : Influence du parcage de nuit des bovins sur la fertilité du sol et la productivité du sorgho à Koutiala en zone Mali-sud

Auteur : Kasse, H.

Université de soutenance : Institut Polytechnique Rural de Formation et de Recherche Appliquée IPR/IFRA de Katibougou

Grade : Ingénieur Agronome 2019

Résumé
Le maintien de la fertilité des sols est une préoccupation pour les exploitations agricoles en zone Mali-sud. Cette préoccupation est de plus en plus d’actualité avec des exportations d’éléments minéraux parles récoltes. C’est pour contribuer à l’amélioration de la fertilité des sols et la productivité des cultures par le parcage de nuit des bovins au Mali-sud que la présente étude a été initiée. La méthodologie utilisée a d’abord consisté à mener des enquêtes pour comprendre l’intégration de l’élevage dans l’agriculture pour la gestion de la fertilité des sols par exploitation et évaluer la perception des agro-éleveurs sur la pratique du parcage de nuit des bovins au champ. Ensuite un essai agronomique en plein champ a été conduit dans trois villages. Deux facteurs ont été étudiés : la nuitée de 10 Unité Bétail Tropical (UBT) avec 6 niveaux de variation (0N, DAP, 3N, 7N, 10N et 15N) et la densité de semis du sorgho à 3 niveaux de variation (0,75 m x 0,20 m ; 0,75 m x 0,30 m et 0,75 m x 0,40 m). Les traitements étaient disposés en Split-plot dispersés chez 6 agro-éleveurs dont chaque paysan constituait un bloc. Les résultats des enquêtes ont montré que 57,78% des exploitations interrogées pratiquent le parcage de nuit des bovins contre 42,22% dans les trois villages d’étude. Les contraintes à cette pratique sont principalement liées au manque de fourrage, manque de point d’eau, l’insécurité et enfin la rotation du dispositif. Les résultats obtenus de l’essai agronomique en plein champ, montrent que le dépôt direct de déjections de bovin par le parcage est plus élevé avec 15 nuitées faisant une moyenne de 14,4 t/ha, suivi de celui de 10 nuitées et 7 nuitées produisant respectivement une moyenne de 9,6 t/ha et 6,72 t/ha. La plus faible quantité de matière sèche est obtenue avec le parcage de 3 nuitées produisant une moyenne de 2,88 t/ha. Les 15 nuitées ont permis d’obtenir le plus grand rendement en poids paille de 4,43 t/ha suivi des 7 nuitées avec 4,29 t/ha et des 10 nuitées pour 4,16 t/ha. Le plus faible poids paille a été enregistré avec la parcelle témoin (sans parcage) une quantité de 2,79 t/ha. Nous constatons que, plus la durée du parcage est élevée, plus le rendement en biomasse et en poids paniculaires sont significativement importants.

Présentation (CGIAR)

Version intégrale (1,6 Mb)

Page publiée le 8 juin 2022