Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Tunisie → Mastère → Contribution à l’etude de la biologie florale d’hybrides preselectionnes de la variete d’olivier (Olea europaea. L) a huile « Chemlali Sfax »

Faculté des Sciences de Sfax (2012)

Contribution à l’etude de la biologie florale d’hybrides preselectionnes de la variete d’olivier (Olea europaea. L) a huile « Chemlali Sfax »

Ayadi, Rihab

Titre : Contribution à l’etude de la biologie florale d’hybrides preselectionnes de la variete d’olivier (Olea europaea. L) a huile « Chemlali Sfax »

Auteur : Ayadi, Rihab

Université de soutenance : Faculté des Sciences de Sfax

Grade : Mast.(Biothecnologie microbienne) 2012

Résumé
Les croisements dirigés de la variété à huile Chemlali Sfax ont pour but l’amélioration de la qualité d’huile toute en gardant les bonnes qualités de la variété. Au sein des hybrides présélectionnés sur la base de la teneur en acide oléique, le présent travail a été entrepris pour étudier les paramètres de la biologie florale de quatre hybrides (phénologie florale et paramètres de l’inflorescence et de la pousse) en verger de comportement conduits en irrigué (4m/6m) dans la région de Sfax. Chaque hybride est représenté par 3 arbres et 8 pousses d’un an par Arbre et le suivi était hebdomadaire durant la période de Février à Mai. Le suivi de l’évolution des stades phénologiques nous a permis de différencier les hybrides au démarrage floral (stade B) tout en remarquant que la majorité des hybrides atteignent la nouaison (stade H) à la date 14 Mai à l’exception de l’hybride IOS166 retardé par une semaine. La durée de la phase B-H est similaire pour les hybrides (64 à 71,5 jours) et les différences se situent de la somme de température IOS166 avec 1200°C, les autres avec et 1500 à 1640°C. Les résultats des paramètres de l’inflorescence montrent une similitude entre les quatre hybrides concernant la longueur de l’inflorescence (4,1 à 5,3 cm). La variabilité est assez importante au niveau du nombre des fleurs par inflorescence (16 fleurs pour IOS166 et 26 fleurs pour IOS81). La réparation des fleurs sur l’inflorescence est assez similaire pour les hybrides étudiés puisque l’architecture de type 4 est assez moins représentée (moins de 3,33 %), l’architecture de type 5 est largement présente (jusqu’à 75 %), celle de type 6 est moyennement présente (21,66 à 33,33 %) et l’architecture de type 7 n’est présente que chez IOS 81 (10 %). Les hybrides sont différents pour le taux d’avortement ovarien et 3 hybrides ont un taux inférieur à 3,6 % et un hybride avec 17 %. En ce qui concerne les paramètres de la pousse, on a le groupe des hybrides T1110, IOS81 et IOS166 qui ont un taux de floraison entre 77 et 91 % et le groupe formé par l’hybride T634 qui a un taux de floraison de 63 %. Les hybrides T634, IOS81 et IOS166 ont des taux de nouaison similaires qui varient de 10,5 à 11,5 % et ce taux est très faible (4 %) pour l’hybride T1110. La corrélation entre les paramètres de l’inflorescence et de la pousse montre qu’un taux de floraison élevé est accompagné par une réduction des taux de nouaison et d’avortement, du nombre de fleurs par inflorescence et de la longueur de l’inflorescence et des inflorescences de type 5 et 6 et une augmentation du taux d’inflorescences de type 4. La durée longue de la phase B-H peut révéler une adaptation dans les régions continentales.

Présentation (pist tn)

Page publiée le 28 mai 2022