Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Tunisie → Mastère → Etude comparative de la tolerance de l’olivier et du pistachier vis-a-vis du stress salin en conditions controlees

Faculté des Sciences de Sfax (2012)

Etude comparative de la tolerance de l’olivier et du pistachier vis-a-vis du stress salin en conditions controlees

Baccari, Sahar

Titre : Etude comparative de la tolerance de l’olivier et du pistachier vis-a-vis du stress salin en conditions controlees

Auteur : Baccari, Sahar

Université de soutenance : Faculté des Sciences de Sfax

Grade : Mast.(Biologie et ecophysiologie des organismes vegetaux) 2012

Résumé
L’effet du stress salin sur des plantules issues de semis d’olivier (O. europaea L.) et de pistachier (P. vera L.), a été évalué en conditions contrôlées. Cette évaluation a porté sur le suivi de quelques paramètres de croissance, la détermination de la résistance membranaire et sur l’analyse de quelques éléments minéraux. Les plants âgés d’un an ont été irrigués, de façon bihebdomadaire, alternativement, par une solution nutritive ½ Hoagland et par de l’eau distillée additionnée de 0, 75 et 150 mM NaCl. Les résultats obtenus montrent que le sel a entrainé une diminution significative de la croissance chez les deux espèces. La réduction de l’élongation de la tige était plus importante chez P. vera que chez O. europaea. Par contre, la formation de pousses axillaires, le nombre de feuilles et le poids frais ont enregistré une diminution plus prononcée chez O. europaea que chez P. vera. La salinité n’a pas eu d’effets significatifs sur la croissance du diamètre de la tige chez les deux espèces. Chez les deux espèces, le poids frais de la partie aérienne était plus affecté par le sel que celui des racines. A 75 mM NaCl, les plants de P. vera ont montré une reprise de leur croissance à la fin du traitement se traduisant par l’apparition de nouvelles pousses axillaires. Les symptômes de toxicité ont été observés chez les deux espèces. La chute des feuilles était plus importante chez O. europaea que chez P. vera. Inversement, la fuite d’électrolytes était plus importante chez P. vera que chez O. europaea à la fin de la période traitement. L’analyse minérale a révélé une augmentation significative de la teneur en sodium (Na+) et en chlorures (Cl-) chez les deux espèces. L’accumulation de Na+ était plus importante dans la partie aérienne que dans la partie racinaire chez P. vera, alors que chez O. europaea, les concentrations en Na+ étaient comparables dans les deux parties. Pour tous les traitements, les concentrations de Cl- étaient plus importantes dans la partie aérienne que dans la partie racinaire chez P. vera. Chez O. europaea, le même comportement a été constaté à 75 mM NaCl. Chez les plants d’olivier traités avec 150 mM NaCl, l’accumulation était comparable dans les deux parties aérienne et racinaire. La teneur en chlorures n’a pas été affectée par la salinité chez P. vera traités avec 75 mM NaCl. Chez les deux espèces, les teneurs en potassium était plus élevées dans la partie aérienne que dans la partie racinaire. Sous l’effet du sel, une diminution significative a été enregistrée dans les parties aérienne et racinaire à l’exception des plants d’O. europaea traités avec 150 mM NaCl qui ont maintenu une concentration de K+ comparable au témoin.

Présentation (pist tn)

Page publiée le 24 mai 2022