Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Tunisie → Mastère → Etude de la dynamique des populations et de la biodiversite des auxiliaires naturels indigenes de la mouche de l’olivier Bactrocera oleae en Tunisie

Faculté des Sciences de Sfax (2015)

Etude de la dynamique des populations et de la biodiversite des auxiliaires naturels indigenes de la mouche de l’olivier Bactrocera oleae en Tunisie

Mamni, Hajer

Titre : Etude de la dynamique des populations et de la biodiversite des auxiliaires naturels indigenes de la mouche de l’olivier Bactrocera oleae en Tunisie

Auteur : Mamni, Hajer

Université de soutenance : Faculté des Sciences de Sfax

Grade : Mast.(Biodiversité et Dynamique des Ecosystèmes) 2015

Résumé
Le présent Mastère intègre une étude profonde sur les paramètres culturaux et bioécologiques intervenant dans la réduction naturelle de l’infestation par Bactrocera oleae à travers l’inventaire de la faune associée et son impact sur la lutte biologique et la biodiversité chez l’olivier. Le suivi de la biodynamique de B. oleae, le degré de son infestation et son activité ovarienne ainsi que l’inventaire de sa faune associéesont effectués chaque semaine ( Avril- Aout 2015) par les captures moyennes des adultes à partir des pièges alimentaires en fonction du temps au niveau de deux oliveraies à la région de Haffouz, Kairouan (Chawafia et Khit el Oued), présentent des conditions microclimatiques et variétales différentes ; Picholine et Weslati respectivement. Les résultats montrent que la présence de cultivars d’olive précoce et sensible en plus du système de culture et le microclimat, ont influencé de manière notable la dynamique de l’insecte et le degré d’infestation en rapport avec l’activité ovarienne des femelles et la maturité des fruits. Le sex ratio de B. oleae est par contre, n’est pas influencé ni par la variété ni par la parcelle d’étude. La présence notable des prédateurs, les syrphes, puis les chrysopes en plus d’autres névroptères tels que l’espèce Mantispa paganaà la station Kit El Wed, a montré des taux de parasitisme plus importants. L’abondance et la répartition des espèces d’auxiliaires trouvées sont directement liées à l’hétérogénéité du paysage agricole, la variété d’olive et aux conditions climatiques où la biodiversité de la faune associée à B. oleae est favorisée. Ces facteurs favorables à la multiplication et l’enrichissement du milieu oléicole cultivé, nous incite à poser des directives pour sauvegarder cette biodiversité par les auxiliaires utiles.

Mots Clés  : Bactrocera oleae ; microclimat ; variéte ; faune auxiliaire associée ; Biodiversité

Présentation (pist tn)

Page publiée le 24 mai 2022