Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Contribution à l’étude des hyménoptères parasitoïdes dans la région de Biskra

Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach 2021

Contribution à l’étude des hyménoptères parasitoïdes dans la région de Biskra

DJOUAMA, Khalida

Titre : Contribution à l’étude des hyménoptères parasitoïdes dans la région de Biskra

Auteur : DJOUAMA, Khalida

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach

Grade : Doctorat Sciences Agronomiques 2021

Résumé
La présente étude porte sur la diversité des hyménoptères parasitoïdes dans la région de Biskra. Ces insectes sont d’une grande utilité en lutte biologique. Ce sont des indicateurs écologiques de référence et constituent de très bon modèle d’étude en biologie. Cette thèse vise à accroitre les connaissances systématiques sur ce groupe faunistique en Algérie, à évaluer leur richesse spécifique, à fournir une meilleure compréhension de leur composition et leur structure. Ainsi qu’à la création d’une banque de données des parasitoïdes en Algérie. Quatre stations situées dans la région de Biskra sont inventoriées. Chaque station représente un habitat spécifique avec un cortège floristique différent et des microclimats distinctifs. La période d’échantillonnage est comprise entre janvier 2017 à Mai 2018, en utilisant trois méthodes d’échantillonnage, à savoir les assiettes jaunes, le piège malaise et la capture à la main. 1307 spécimens d’hyménoptères parasitoïdes ont été examinés. Au total 64 espèces sont recensées, réparties en 7 superfamilles, il s’agit des Ichneumonoidea, Chalcidoidea, Cerohrnoidea, Cynipoidea, Platygastroidea, Proctotrupoidea ainsi que des Chrysidoidea. L’inventaire a permis d’enrichir la faune de l’Algérie de 17 nouvelles espèces. Dont 13 sont identifiées jusqu’au niveau spécifique, il s’agit de : Anagrus atomus, Eurytoma rosae, Mymar taprobanicum, Pachyneuron groenlandicum, Hedychridium ardens, Trathala hierochontica, Dipalazon laetatorius, Enicospilus tournieri, Ophion obscuratus, Dichrogaster schimitcheki, Dichrogaster longicaudata, Gelis imitatus, Lysibia nana. Et quatre jusqu’au genres. Toutes les espèces inventoriées sont illustrées et présentées avec leurs particularités systématiques. Le traitement des résultats par les indices écologiques a démontré, que la superfamilles et Ichneumoindea et des Chalcidoidea sont les plus riches en espèces et les plus abondantes. Le milieu cultivé en plantes aromatiques et médicinales est considéré comme le plus riche et le plus diversifié en espèces de parasitoïdes. La plus faible diversité est enregistrée au niveau du quatrième milieu qui consiste à une monoculture. En comparant la composition des espèces recensées au niveau des quatre biotopes étudiés, nous avons trouvé que la similitude augmente en croisant des stations qui se ressemblent dans le type de végétation, l’altitude, et les conditions microclimatiques. L’application de l’analyse factorielle des correspondances, pour toutes les espèces capturées, nous a permis de qualifier d’omniprésentes certaines espèces comme Hedichrydium ardens et Dipalazon laetatorius.

Mots clés : Hymenoptera, parasitoïdes, Biskra, diversité, abondance, plantes aromatiques et médicinales, monoculture

Présentation (ENSA)

Version intégrale (17,5 Mb)

Page publiée le 6 octobre 2022