Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Contribution à l’étude de l’interaction hôte-pathogène en lien avec les risques épidémiologiques dans la maladie du Bayoud chez le palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) dans le sud-est algérien

Université Mohamed Khider de Biskra (2021)

Contribution à l’étude de l’interaction hôte-pathogène en lien avec les risques épidémiologiques dans la maladie du Bayoud chez le palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) dans le sud-est algérien

DJEKIREF, Laâla

Titre : Contribution à l’étude de l’interaction hôte-pathogène en lien avec les risques épidémiologiques dans la maladie du Bayoud chez le palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) dans le sud-est algérien

Auteur : DJEKIREF, Laâla

Université de soutenance : Université Mohamed Khider de Biskra

Grade : Doctorat 2021

Résumé
La durabilité de la phoeniciculture algérienne est menacée par de multiples perturbations, tout particulièrement par une maladie vasculaire appelée "Bayoud" ; elle est incontestablement la plus redoutable pour les zones phoenicicoles qui en sont indemnes. Les méthodes de lutte, cherchant à atténuer la gravité de cette maladie, par l’utilisation de facteurs biotiques, autres que la résistance intrinsèque de l’hôte, doivent reposer sur des connaissances approfondies portant, d’une part sur l’écologie et la biologie de l’agent causal et d’autre part sur l’épidémiologie de cette maladie et une prise en compte des interactions entre la population hôte et la population parasitaire. Pour scruter cette réflexion, on a suivi dans nos recherches une démarche comparative, entre les microhabitats du pathogène dans des zones contaminées par la maladie et des zones qui en sont indemnes. 67 souches fongiques, isolées à partir d’une trentaine de variétés de palmiers dattiers, situées dans les régions de Adrar, Béchar et Ghardaïa, et 48 échantillons de sol prélevés à partir de 8 palmeraies : 6 infestées par la maladie du Bayoud, situées à Adrar et Ghardaïa, et 2 indemnes, situées à Biskra, ont constitués notre matériel biologique de travail. Les différentes techniques microbiologiques et génétiques, appliquées aux souches du pathogène étudiées, nous ont permis de déterminer certaines caractéristiques physiologiques du Fusarium oxysporum f.sp. albedinis, agent causal de la maladie, affirmer une graduation dans son pouvoir pathogène et une probable diversité génétique au sein de ces souches. Ces caractéristiques risquent de contester certains modes de lutte génétique préconisée par la littérature. L’impact de l’environnement chimique, dans le sol et dans les conditions d’in vitro, sur la croissance et la dynamique de l’inoculum a été prouvé par les analyses des échantillons de sol. La comparaison entre les horizons sains et malades situés dans la même zone atteinte n’a marqué aucune différence. Cependant celle effectuée entre les horizons situés dans une zone atteinte et ceux localisés dans une autre saine a été très concluante. Cinq paramètres (CE, Ca2+, PO42-, Mg2+ et CaCO3) semblent être discriminants entre profils sains, situés dans une zone non atteinte, et profils malades, situés dans une zone atteinte. Un lien entre le rôle nutritif de ces éléments chimiques dans les sols des zones saines et son impact sur la résistance des palmiers à la maladie du Bayoud pourrait être établi. La présence de la montmorillonite et de la cristobalite mises en évidence par les analyses minéralogiques, ajoute une autre caractéristique aux microhabitats situés dans les zones saines. La comparaison entre les caractéristiques chimiques et minéralogiques des profils de sol des zones saines et malades, ont tendance d’indiquer qu’il existe une étroite relation entre ces caractéristiques et l’extension de la maladie du Bayoud. Le rôle de ces facteurs abiotiques dans la manifestation du phénomène de suppressivité dans les sols des zones saines est probable. Ces résultats, joints à ceux de l’analyse de la répartition de la structure spatiale de la maladie, constituent des acquis fondamentaux qui devraient nous permettre à mieux comprendre les mécanismes qui gèrent les interactions hôte-pathogène et à évaluer les risques épidémiologiques de cette maladie dévastatrice par l’aptitude de son agent causal à coloniser tel ou tel espace et sa tendance à évoluer. La signification écologique et épidémiologique de certaines données est discutée

Mots Clés  : analyse de la structure spatiale, Bayoud, compatibilité végétative, épidémiologie, évolution, Fusarium oxysporum f.sp. albedinis, inoculum, microhabitat, montmorillonite, pouvoir pathogène, sol suppressif.

Présentation

Page publiée le 2 octobre 2022