Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2022 → Etude de l’impact des produits phytosanitaires sur l’environnement par l’utilisation de modèles d’évaluation de risques dans la région de Biskra

Université Mohamed Khider de Biskra (2022)

Etude de l’impact des produits phytosanitaires sur l’environnement par l’utilisation de modèles d’évaluation de risques dans la région de Biskra

SOUDANI, Nafissa

Titre : Etude de l’impact des produits phytosanitaires sur l’environnement par l’utilisation de modèles d’évaluation de risques dans la région de Biskra

Auteur : SOUDANI, Nafissa

Université de soutenance : Université Mohamed Khider de Biskra

Grade : Doctorat 2022

Résumé
En Algérie, la culture maraîchère se pratique à travers tout le pays, et grâce à son caractère socio-économique cette filière a occupé une place considérable, particulièrement à Biskra. Le passage à l’agriculture moderne et intensive a entraîné une utilisation abondante de produits phytosanitaires à toxicité multiple. En dépit de sa popularité et ses avantages, ces produits sont utilisés de manière excessive et inappropriée, mettant en danger la santé humaine et l’environnement. Ce travail vise à évaluer les pratiques professionnelles locales, les risques sanitaires et environnementaux potentiels liés aux produits phytosanitaires appliqués aux cultures. Pour ce faire, des enquêtes par questionnaire sont réalisées auprès de 96 maraîchers localisées dans les communes d’Ain Naga et de Doucen à la région de Biskra, durant les campagnes agricoles 2016/2017 et 2017/2018. Les indicateurs de risques (indice de fréquence de traitement (IFT), indice de pression phytosanitaire (IPP), indice de Gustafon (GUS) et indice de risque environnemental des pesticides (PERI modèle) ont été choisis et appliqués sur dix-huit substances actives comptées en usage dans les deux communes. Les résultats obtenus ont montré que 143 formulations commerciales et 70 substances actives sont recensées à l’échelle des deux communes, avec tendance à épandre bien davantage d’insecticides, suivis par les fongicides et peu d’herbicides. La computation des indices IFT et IPP indique que les cultures de piment, d’aubergine de tomate sont fortement consommatrices en PPP, ce qui génère une très forte pression polluante, notamment à Doucen. En outre, la plupart des maraîchers enquêtés possèdent un faible niveau d’éducation et manquent de formations en agriculture, alors que 50% d’entre eux méconnaissent les pesticides et leurs risques dérivés. Bien plus, le non-respect des bonnes pratiques phytosanitaires et la mauvaise application de ces produits ont entraîné la libération des polluants dans la nature et par conséquent l’exposition de la santé, et près de 60% des maraichers enquêtés ont confirmés subir des troubles sanitaires soit lors ou juste après la pulvérisation de pesticides. Majoritairement par voie respiratoire (plus de 28%), et/ou par voie cutanée (plus de 15%). L’indice de Gustafon a permet d’identifier les molécules à tendance pour polluer les eaux superficielles et souterraines, à savoir le chlorantraniliprole, l’imidaclopride, l’hexaconazole, le métribuzine et le triadimenole. Par ailleurs, 13 localités à Ain Naga et 10 localités à Doucen sont classées à risque. Parmi lesquelles les plus vulnérables et qui témoignent un emploi simultané de plusieurs molécules en maraîchage, quatre localités à Ain Naga (Feidh Sala, Horraya, Tabet Chanouf et Lamnisaf) contre deux localités à Doucen (Tamda et Elmarhoum). De plus, l’application du modèle PERI a montré que le triadimenole (6,13) présente le score plus élevé du risque environnemental (RES). Considérant que le calcul du score final du risque environnemental (RE) a montré que la plupart des S.A. comptées sont très toxiques pour la vie aquatique, avec de longs effets pour les écosystèmes et l’environnement, surtout le diazinon (120) à Ain Naga et la trifloxystrobine (105,20) à Doucen. Il est donc impératif que les agriculteurs soient formés et/ou sensibilisés sur l’utilisation sûre et raisonnée de ces produits pour réduire leurs risques.

Mots Clés  : Produits phytosanitaires, impact environnement, maraichage, zones à risque potentiels, Biskra.

Présentation

Version intégrale (17 Mb)

Page publiée le 5 octobre 2022