Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2022 → Lutte intégrée contre le Boufaroua(Oligonychus afrasiaticus McGr.)dans la palmeraie de la vallée du M’Zab- Ghardaïa-Algérie

Université Kasdi Merbah Ouargla (2022)

Lutte intégrée contre le Boufaroua(Oligonychus afrasiaticus McGr.)dans la palmeraie de la vallée du M’Zab- Ghardaïa-Algérie

BABAZ Younes

Titre : Lutte intégrée contre le Boufaroua(Oligonychus afrasiaticus McGr.)dans la palmeraie de la vallée du M’Zab- Ghardaïa-Algérie

Auteur : BABAZ Younes

Université de soutenance : Université Kasdi Merbah Ouargla

Grade : Doctorat 2022

Résumé
La bio-écologie des populations de l’acarien du vieux monde O. afrasiaticus, a été étudié au niveau de trois exploitations phoenicicoles dans la région du M’Zab (Ghardaïa, Algérie). Les relevés ont été fait chaque semaine durant une période de six mois, d’avril jusqu’au septembre pour les deux années 2018 et 2019, révélant ainsi une lecture assez importante, sur l’évolution en fonction des variations climatiques, du cycle biologique de l’acarien et la sensibilité des trois différents cultivars du palmier dattier choisis (Deglet-Nour, Addala et Timdjouhert) ainsi que les travaux culturaux d’entretien. La croissance des populations de l’acarien est fortement favorisée par les températures élevées (44,6 °C), avec les bas taux d’humidité relative (21%) du mois de juillet 2018. La variété Deglet-Nour est la plus attaquée par l’acarien jaune. Les femelles de ce tétranyque sont plus résistantes que les mâles aux changements des facteurs extrinsèques, notamment la température et l’humidité durant toute la période des prélèvements, ce qui explique le pouvoir d’hibernation des femelles en hiver et début du printemps.Six espèces prédatrices acariphages sont rencontrées au niveau des Exploitations étudiées lors de nos déférentes sorties de prospection et d’échantillonnage, il s’agit de : Stethorus punctillum, Orius niger, Geocoris grylloides, Scolothrips sexmaculatus, Bdellidae hashtag et Phytocoris consors. La consommation totale des acariens (Œufs, larves et adultes) par le Stéthorus punctillum pendant 24 heures, est de 284individus, pour l’ensemble des 4stades larvaires et l’imago de la coccinelle. Les larves du premier et du quatrième stade (L1, L4) ainsi que l’imago de S. punctillum présentent une différence significative dans le choix du stade de la proie. Par contre le deuxième et le troisième stade de la coccinelle (L2, L3) ne présentent aucune différence. Le degré de voracité le plus élevé est observé chez les larves du quatrième stade, avec le nombre le plus élevé d’acariens jaunes consommés par jour, enregistrant ainsi, le stade d’acarien le plus attaqué est le stade adulte, avec 116 individus par jour. Suivi du stade œuf avec 92 œufs. Enfin le stade larve, avec 76 larves de Tétranyque par jour. L’utilisation d’hydrolats de quatre différentes espèces de plantes, (Basilic, Harmel, Coloquinte et Hysope) dans les conditions de laboratoire, contre cet acarien jaune, a pu mettre en évidences des résultats satisfaisants, notamment l’hydrolat de l’hysope qui a montré des taux de mortalités très satisfaisants atteignant 90,83 % , suivi par les hydrolats du coloquinte et du basilic avec respectivement les taux de mortalité moyens de 64 % et 61,9 % . Enfin le taux de mortalité le plus faible est enregistré pour l’hydrolat du Harmel avec 05,71 %. De plus, lorsque nous avons traités les palmiers avec le macéras de l’hysope, on a mentionné un taux de mortalité allant jusqu’à 97,79 %, mais le taux de mortalité des acariens dans le cas du macéras du Harmel oscilleentre 29,14 et 71,16 %. En fin, nous avons enregistré un début de résistance de l’acarien du palmier dattier contre l’Abamectine1, 8% par rapport au traitement par le soufre.

Mots Clés : Acarien Bio-écologie Hydrolat vallée du M’Zab Palmier dattier Stethorus punctillum Voracité

Présentation

Version intégrale (4,5 Mb)

Page publiée le 1er octobre 2022