Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2022 → L’érosion des sols et la dynamique du carbone sur les versants méditerranéens algériens : utilisation des isotopes radioactifs

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2022

L’érosion des sols et la dynamique du carbone sur les versants méditerranéens algériens : utilisation des isotopes radioactifs

BOUCHEKARA B a d r e d d i n e

Titre : L’érosion des sols et la dynamique du carbone sur les versants méditerranéens algériens : utilisation des isotopes radioactifs

Auteur : BOUCHEKARA B a d r e d d i n e

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : DOCTORAT LMD 2022

Résumé
Le bassin versant de l’oued Fergoug connaît une érosion hydrique intense liée à la conjugaison de plusieurs facteurs naturels favorables tels que la brutalité des précipitations et la prédominance des roches tendres. L’intervention humaine dans ce milieu vulnérable accentue sa fragilité par le défrichement et la dégradation du couvert végétal et la mise en culture de terrains en pente forte. RUSLE est la combinaison de cinq facteurs spécifiques qui décrivent les caractéristiques du bassin versant. Les données de télédétection et les SIG sont utilisés pour évaluer et cartographier chaque facteur individuellement. L’intégration des cartes thématiques des facteurs du modèle RUSLE dans le SIG permet de cerner l’impact de chaque facteur dans les pertes en sol, de classer par importance relative les zones d’érosion, et de quantifier les pertes en sol dans le bassin. La carte des pertes en sols par le modèle empirique RUSLE montre que l’érosion enregistre un maximum de 45.45 t ha-1 an-1avec une moyenne de 24.02 t- 1 ha-1 an-1. Une autre méthode basée sur la distribution de radio-isotope 137Cs à été utilisée afin de valider les résulta obtenus par la télédétection et les SIG.L’étude a été réalisée sur un site de référence et un site d’expérimentation de type agricole. Cent Trent huit (138) échantillons ont été prélevé sur le site d’expérimentation le long d’un transect d’une pente allant jusqu’à 18% le long de la direction de culture, prélevés en profondeur et de surface. Quatorze (14) autres échantillons ont été prélevés en profondeur dans le site de référence. Par la suite, les échantillons ont été mesurés à laide d’une chaine de spectrométrie gamma afin de déterminer la quantification spatiale du 137Cs dans le sol. Les pertes en sol obtenues par application des différents modèles de conversion du 137Cs, montrent que les pertes les plus élevées sont enregistrées par le modèle proportionnel. Il s’agit d’une érosion d’à peu près67.95 t-1 ha-1 an-1, le modèles Mass-Balance I enregistrent des valeurs qui atteignent 39.95 t-1 ha-1 an-1. À travers l’enquête des particularités du risque de l’érosion, via les calculs des pertes en sol au moyen du modèle empirique RUSLE et du radio-traceurs (137Cs). On note que les conséquences de l’érosion au niveau du bassin versant de l’oued Fergoug sont multiples ; un appauvrissement des sols et la dégradation de leur valeur foncière, une perte de la biodiversité, une dégradation de l’eau de surface par la concentration élevée des particules minérales et organique arraché du sol, provoquant tant l’envasement du barrage Fergoug, que sa pollution et son eutrophisation. Tous ces paramètres vont par provoquer une dégradation de la qualité de vie des populations.

Mots clés : Monts de Beni Chougrane - Risque d’érosion - RUSLE Balance des sédiments - 137Cs

Présentation

Version intégrale ( 5 Mb)

Page publiée le 9 octobre 2022