Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Efficacité économique et environnementale des instruments de gestion de l’eau, pour des eaux souterraines utilisées en irrigation dans la Mitidja ouest

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2021

Efficacité économique et environnementale des instruments de gestion de l’eau, pour des eaux souterraines utilisées en irrigation dans la Mitidja ouest

AZIEZ ép LAKHDAR HAMINA, Ouahiba

Titre : Efficacité économique et environnementale des instruments de gestion de l’eau, pour des eaux souterraines utilisées en irrigation dans la Mitidja ouest

Auteur : AZIEZ ép LAKHDAR HAMINA, Ouahiba

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Doctorat en Hydraulique 2021

Résumé partiel
Un état est considérer comme développer s’il peut assurer un confort hydrique aux différents usagés de sa société. Ce confort est Généralement base plus sur la gestion de l’eau de ces états. En Algérie, la ressource d’eau est liée étroitement au climat. La zone du Nord de la Méditerranée est considérée comme zone semi – aride, à faible précipitation et à ETP assez élevée. La demande en eau par les différents usagés est de plus en plus grandissante impliquant, elle aussi, une surexploitation des ressources en eau ainsi que de grandes quantités de rejets mal contrôlés. Ces sont la cause principale de la dégradation de la source d’eau souterraine, que ce soit par une infiltration importante des agents polluants ou par une intrusion marine des eaux salées comme c’est le cas de la nappe côtière de la Mitidja. La sauvegarde de cette ressource nécessite un travail qui commence en amont de la chaîne. Un contrôle continu de la source à partir de ces points d’eau pour le suivi de sa qualité physicochimique et ainsi donc la détection de toute pollution pouvant provenir de la surface du sol ou du sous sol par intrusion d’eau salée. La nappe de la Mitidja est située sous une vaste plaine de 1450 km² de surface au Nord centre de l’Algérie à vocation agricole et industrielle. Le climat est de type méditerranéen, doux en hiver et chaud et sec en été. La pluviométrie moyenne est de l’ordre de 607 mm/an et une ETP de 1250 mm/an. La période de sécheresse et la rupture dans les pluviométries détectées à partir des années 70 ont fait chuter le taux de remplissage de la nappe. Cette chute apparait clairement sur les figures piézométriques, où nous avons enregistré une baisse de 30 m au niveau de la baie d’Alger.et cela jusqu’à la période des années 2010. La stabilité durant cette année a été due plus la la diminution du pompage du champ de captage de Beraki, une décision qui à fait ralentir le phénomène de l’intrusion marine. Ce type de cône de dépression piézométrique a été remarqué aussi au niveau du champ de captage de Mazafran I et II. En finalité, une diminution globale est constatée dans le niveau piézométrique de toute la nappe à partir de l’interprétation des relevés piézométriques et cela dès l’année 1990.

Mots clés : Pollution et intrusion marine, gestion des ressources hydriques, plaine Mitidja changements climatiques, Algérie

Présentation

Version intégrale (13,3 Mb)

Page publiée le 12 octobre 2022