Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2021 → Contribution à l’étude des défauts du liège post-incendie : cas de la suberaie de Zarieffet (W. Tlemcen)

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2021

Contribution à l’étude des défauts du liège post-incendie : cas de la suberaie de Zarieffet (W. Tlemcen)

Khobzaoui Abderrahmen

Titre : Contribution à l’étude des défauts du liège post-incendie : cas de la suberaie de Zarieffet (W. Tlemcen)

Auteur : Khobzaoui Abderrahmen

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Master en Foresterie 2021

Résumé
Le chêne liège est une espèce forestière réputée par sa résilience post-incendie grâce à la protection offerte par la couche du liège. Cette adaptation au stress a été évaluée sur 190 arbres rescapés du dernier incendie de 2007, dans la subéraie de Zarieffet. Le critère principal pris en considération et l’identification des défauts qui parsèment le liège de trois catégories d’arbres. Les résultats ont révélé la présence de 14 défauts post-incendie. Sur les troncs des arbres vivants récupérables, ces anomalies sont considérées comme mineurs sans incidence sur l’écophysiologie de l’arbre (défauts de croute, état du ventre, fentes et lignification). Sur les arbres irrécupérables colportant des symptômes de stress aigu, ces défauts prennent l’aspect de perturbations graves conduisant à la mort de l’arbre ( défauts de galeries d’insectes, liège terreux et du charbon de la mère). En termes de typologie, les défauts d’origine physiologique comptabilisent la fréquence relative la plus élevée (44%) suivis des anomalies de nature phytopathogene (33%). Des relations de cause à effet, ont confirmé le rôle des défauts intrinsèques (lignification, porosité et liège terreux) dans la réduction de la croissance subéreuse et l’augmentation anormale de la productivité du liège par des éléments pulverulent et de sclérenchymes. Il est de même pour les défauts extrinsèques favorisant l’installation des galeries des insectes xylophages et l’apparition des champignons pathogènes conduisant au dépérissement des cimes et à la mortalité des deux assises cambiale et corticale (31% des irrécupérables et 23% des sujets morts). L’application d’une sylviculture typique aux arbres résilients est la seule solution pour réduire ces défauts et sauvegarder à long terme ces sujets rescapés

Mots clés : Zarieffet, post-incendie, liège , défaut, résilience, mortalité

Présentation

Version intégrale (6,1 Mb)

Page publiée le 29 octobre 2022