Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2021 → Diagnostic agricole et agronomique du potentiel de fertilisation circulaire dans le territoire oléicole à proximité de Sousse, Tunisie

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2021

Diagnostic agricole et agronomique du potentiel de fertilisation circulaire dans le territoire oléicole à proximité de Sousse, Tunisie

Bouvard J.

Titre : Diagnostic agricole et agronomique du potentiel de fertilisation circulaire dans le territoire oléicole à proximité de Sousse, Tunisie

Auteur : Bouvard J.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master 2. Gestion des territoires et développement local. Parcours : Gestion Agricole et Territoires [GAT] 2021

Résumé
Le gouvernorat de Sousse en Tunisie, du fait de sa forte activité touristique et de la prédominance de l’oléiculture, engendre la production annuelle de nombreux déchets, tout en faisant face à un accès difficile à l’eau d’irrigation, accentué par les effets des changements climatiques. Cette étude vise donc à réaliser un diagnostic agricole et agronomique du potentiel de réutilisation des eaux usées traitées et des résidus organiques du gouvernorat, afin de fertiliser et irriguer les oliviers du périmètre irrigué de M’Saken. Elle s’intègre dans le cadre du projet IVA-WASTE qui a pour objectif de créer les conditions pour la co-conception de scénarios permettant la valorisation de l’eau et des nutriments d’une diversité de flux de déchets, dans un esprit d’économie circulaire. Un inventaire des gisements de nutriments du gouvernorat a été effectué. Parallèlement, les pratiques actuelles et optimales des agriculteurs ont été étudiées afin de déterminer à quel point les apports en eaux usées traitées permettent de répondre aux besoins hydriques et nutritifs des oliviers. Les résultats ont montré que les eaux usées traitées couvrent les besoins hydriques des oliviers, mais pas leurs besoins nutritifs, qui peuvent être complétés via l’apport de compost ou encore l’épandage de margines ou de boues résiduaires issus de la délégation. Bien que ces solutions soient réalisables à l’échelle du périmètre irrigué de M’Saken, elles ne sont pas généralisables à l’ensemble du gouvernorat, où une combinaison des apports serait plus optimale avec un apport conjoint de margines et de compost par exemple.

Mots-clés : FERTILISATION ; OLEICULTURE ; ECONOMIE CIRCULAIRE ; IRRIGATION ; REUTILISATION DES EAUX USEES ; TUNISIE ; SOUSSE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 22 octobre 2022