Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2021 → Caractérisation du contexte socio-économique et politico-institutionnel de la production et du commerce des céréales dans 3 pays d’Afrique du Nord : Algérie, Maroc, Tunisie

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2021

Caractérisation du contexte socio-économique et politico-institutionnel de la production et du commerce des céréales dans 3 pays d’Afrique du Nord : Algérie, Maroc, Tunisie

Ait Oubelli M’H.

Titre : Caractérisation du contexte socio-économique et politico-institutionnel de la production et du commerce des céréales dans 3 pays d’Afrique du Nord : Algérie, Maroc, Tunisie

Auteur : Ait Oubelli M’H.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master 2. Economie et management publics. Parcours : Ingénierie des Projets et des Politiques Publiques [I3P] 2021

Résumé
Les trois pays du Maghreb, en l’occurrence l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, sont de plus en plus impactés par le changement climatique. Cette étude s’intéresse à l’état de l’adaptation de leur agriculture et à situer la mise en culture de céréales pérennes dans les différents contextes comme réponse au changement climatique. Aujourd’hui, il est démontré que l’amélioration de l’adaptation au changement climatique pour le Maghreb est primordiale et vitale au risque de voir des territoires entiers désertés. Cette étude s’intègre dans le cadre d’un projet PRIMA, ayant pour acronyme « CHANGE-UP » ; projet qui a pour objectif de reconcevoir des systèmes agricoles innovants pour la région méditerranéenne, plus résilients au changement climatique et capables d’y faire face, de surmonter les événements défavorables et imprévisibles, tout en garantissant la sécurité alimentaire et le revenu durable des agriculteurs. Dans ce contexte, ce travail a permis d’analyser dans quelle mesure les contextes socio-économiques, institutionnels et politiques de la production céréalière dans les trois pays peuvent favoriser ou empêcher l’adoption des céréales pérennes pour l’adaptation au changement climatique. Les effets que peut avoir l’un des contextes sont déterminants pour faciliter ou entraver leur adoption par les agriculteurs et les institutions. Les résultats ont montré que les conditions des régions marginales paraissent plus propices à l’introduction des céréales pérennes, et que les politiques, qui ont engendré la structure actuelle de la céréaliculture intensive, constituent un frein à l’adaptation au changement climatique. L’Etat est toujours présent en tant qu’agent économique dans la filière céréalière dans les trois pays, même si le libéralisme économique est affiché par les pouvoirs publics en associant le secteur privé. Les subventions à la production et à la consommation ont certes maintenu et amélioré la production au cours des trente dernières années, mais pas l’adaptation des exploitations céréalières. Ces dernières prennent des mesures pour s’adapter au changement climatique en composant avec les moyens mis à leur disposition ; des mesures qui renvoient parfois à des pratiques anciennes, au vu des travaux de conservation des sols et de l’eau, des modifications des pratiques culturales, ainsi que des mesures plus modernes, telles que le recours aux outils technologiques modestes pour le pilotage de l’irrigation en utilisant les nouvelles technologies. Certains experts et chercheurs évoquent l’insuffisance et l’inadaptation des mesures politiques publiques d’accompagnement et la faiblesse des structures collectives. Le contexte à l’adoption des céréales pérennes semble favorable, principalement dans les zones marginales, mais cette innovation ne serait effective qu’avec une reconnaissance explicite des politiques agricoles et d’adaptation de cette nouvelle technologie

Mots-clés : CEREALICULTURE ; CHANGEMENT CLIMATIQUE ; ADAPTATION ; SYSTEME DE PRODUCTION ; AFRIQUE DU NORD ; ALGERIE ; MAROC ; TUNISIE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 19 octobre 2022