Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2021 → Etudes techniques pour la réhabilitation d’un barrage avec possibilité d’installation de microcentrale hydro-électrique : cas du barrage de Kobré, province du Koulpélogo, région Centre-Est (Burkina Faso).

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2021

Etudes techniques pour la réhabilitation d’un barrage avec possibilité d’installation de microcentrale hydro-électrique : cas du barrage de Kobré, province du Koulpélogo, région Centre-Est (Burkina Faso).

BOUA Christian Dorian

Titre : Etudes techniques pour la réhabilitation d’un barrage avec possibilité d’installation de microcentrale hydro-électrique : cas du barrage de Kobré, province du Koulpélogo, région Centre-Est (Burkina Faso).

Auteur : BOUA Christian Dorian

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Infrastructures et Réseaux Hydrauliques 2021

Résumé _ : Dans la dynamique de contribuer à l’atteinte de ces objectifs de développement dans le secteur de l’eau, l’Etat à travers la Direction Général des Infrastructures Hydrauliques (DGIH) mène des activités de mobilisation d’eau de surface avec la construction et réhabilitation des grands et petits barrages sur le territoire national. En dehors des grands barrages consacrés à la production d’énergie, de petites centrales hydro-électriques peuvent aussi être intégrées aux projets de construction et de réhabilitation des petits barrages pour l’électrification en zone rurale mais aussi pour l’irrigation au niveau des périmètres aménagés. Le barrage de Kobré est l’un des sites retenus pour les études commanditées par la DGIH dans ce cadre. Ce travail vise donc à faire une proposition technique afin de la comparer avec celle du bureau d’étude retenu pour le choix de l’option optimal. Afin de mener à bien ce travail nous avons d’abord procéder à une étude de diagnostic, études topographiques et géotechniques, hydrologiques et terminer par le dimensionnement des ouvrages. Comme résultat au niveau du diagnostic, nous avons eu à constater que certains ouvrages comme la digue, le chenal et le déversoir étaient détruit d’où une nécessité d’être réhabilités ; cette étude a permis donc de proposer un nouvel axe en aval de l’ancienne, ce qui donne une capacité de 1 249 267 m3. Pour des apports liquides annuels du bassin estimé à 1 476 348 m3, permettant de satisfaire les besoins en eau des populations et de l’irrigation estimés à 581 904 m3 pour un aménagement de 15ha. Nous avons opté pour une digue homogène en remblai argileux longue de 1059 m et muni d’un drain horizontal. L’évacuateur de crue est composé d’un déversoir poids en position central de 30 m de long. Ce barrage réhabilité possèdera également à l’aval une microcentrale dont la puissance électrique est estimée à 110,21 KWh/jr. Les besoins à l’horizon du projet (2050) étant estimés à 386,57 KWh/jr on a un taux de couverture électrique de 28,51%. Le cout global approximatif s’élève à neuf cent soixante-quatorze millions cinq cent quatre-seize mille quatre cent cinquante-cinq (974 596 465) francs CFA (TTC), prenant en compte le plan de gestion environnemental et social des impacts.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 28 octobre 2022