Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2021 → Caractérisation des effluents industriels et leurs impacts sur la station d’épuration des eaux usées de Dogona (Bobo-Dioulasso) -Burkina Faso

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2021

Caractérisation des effluents industriels et leurs impacts sur la station d’épuration des eaux usées de Dogona (Bobo-Dioulasso) -Burkina Faso

BAMBA Vamoussa

Titre : Caractérisation des effluents industriels et leurs impacts sur la station d’épuration des eaux usées de Dogona (Bobo-Dioulasso) -Burkina Faso

Auteur : BAMBA Vamoussa

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Ingénierie Eau et Assainissement 2021

Résumé
La gestion des eaux usées et excrétas a conduit le Burkina Faso à construire plusieurs stations d’épurations. Malheureusement ces stations ont du mal à répondre aux exigences normatives. D’où la nécessité de cette étude dont l’objectif général est de contribuer à la connaissance de la qualité des rejets d’effluents industriels afin d’aider à la prise de décision pour le bon fonctionnement de la station d’épuration des eaux usées de la ville de Bobo-Dioulasso. Pour l’atteinte de cet objectif, des prélèvements hebdomadaires ont été effectués sur une durée de 03 mois sur des effluents prétraités de la Brakina, de la Sn-Citec, des effluents bruts de la société Agrifaso, de l’abattoir frigorifique et des effluents de la STEP de Dogona. Les paramètres étudiés sont les paramètres physico-chimiques globaux (la température, le pH et la conductivité), les paramètres de pollution organique (les MES, la DCO et la DBO5), les nutriments azotés et phosphorés (les nitrates et les ortho-phosphates), les sulfates et les indicateurs de contamination fécale. La caractérisation des effluents industriels montre que la contribution en terme d’apport de flux de pollutions dans la STEP de Dogona est variable d’une industrie à une autre. Pour la DCO, celles qui ont le plus grand apport en matières organiques sont l’abattoir frigorifique suivi de la Sn-citec avec respectivement 6686 Kg/j (80%) et 1319 Kg/j (16%) comparativement à un flux moyen autorisé selon la convention de déversement respectivement de 155 kg/J et de 680 Kg/j, soit un dépassement de 4213% pour la l’abattoir frigorifique et de 93,97% pour la Sn-citec. En ce qui concerne l’apport des flux de BDO5 admis à la station, l’abattoir frigorifique à elle seule contribue de 827,2 Kg/J (78%) largement supérieur au flux moyen autorisé de 56 Kg/J prévu par la convention de déversement ; soit un dépassement de 1376%. Ces non-conformités impactent considérablement le fonctionnement des deux bassins anaérobies montrant de faibles abattements en DBO5 de seulement 34% et 55% par rapport à un rendement escompté de 70%. Cette contreperformance entraine une surcharge organique du bassin facultatif avec des nuisances olfactives, une coloration rose des effluents de ce bassin et une qualité médiocre des eaux usées traitées qui ne répondent pas aux normes de rejets recommandées au Burkina Faso. Les solutions proposées pour remédier à ces dysfonctionnements sont entre autres : la mise en place d’un prétraitement adéquat des effluents de l’abattoir frigorifique, un traitement rigoureux des effluents de la Sn-citec et le curage des boues dans le bassin facultatif.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 26 octobre 2022