Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → LES RESSOURCES HYDRIQUES DANS LES ZONES ARIDES, CARACTERISATION, DYNAMIQUE ET DURABILITE (CAS DU SUD – OUEST ALGERIEN)

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2021

LES RESSOURCES HYDRIQUES DANS LES ZONES ARIDES, CARACTERISATION, DYNAMIQUE ET DURABILITE (CAS DU SUD – OUEST ALGERIEN)

BELKENDIL, Abdeldjalil

Titre : LES RESSOURCES HYDRIQUES DANS LES ZONES ARIDES, CARACTERISATION, DYNAMIQUE ET DURABILITE (CAS DU SUD – OUEST ALGERIEN)

Auteur : BELKENDIL, Abdeldjalil

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Doctorat en Hydraulique 2021

Résumé
Comme on le sait, l’eau est une ressource vitale et indispensable pour tous les organismes vivants. Par conséquent, cela a nécessité une attention constante dans la recherche des différentes sources d’eau potable et l’étude de ces sources en termes de quantité et de qualité, afin de mettre en place un système de gestion rationnel, garantissant la durabilité de ces sources, en particulier dans les régions semi-arides et arides qui souffrent toujours de la rareté des ressources en eau, en raison de facteurs climatiques ; ce qui affecte négativement la continuité de survie des êtres vivants dans ces zones. La région de Béchar fait partie des régions qui connaissent une crise d’eau continue en raison de sa présence à l’ouest de la ceinture climatique sèche, qui s’étend jusqu’à la région de Biskra à l’est et jusqu’aux confins de la wilaya de Tamanrasset au sud. La wilaya de Béchar est située au sud-ouest de l’Algérie, à une distance de 1000 km de la capitale du pays Alger. Au cours de ce travail de thèse, nous avons mené une étude hydrogéochimique de l’eau de la ville de Béchar et de ses environs, afin de déterminer sa qualité et l’étendue de son développement dans le temps, à travers l’étude de deux campagnes d’échantillonnage en prélevant des échantillons d’eau au cours des années 2013 et 2018. Les résultats montrent que les eaux souterraines de la région étudiée se caractérisent par une conductivité élevée, la moyenne de la campagne d’échantillonnage 2018 a atteint 4150 microsiemens / cm dans les puits profonds et 1999 microsiemens / cm dans les puits de moyennes profondeurs, ce qui s’explique par la salinité élevée dans certains puits, atteignant 2,84 g / l. La valeur de salinité est principalement due à l’interaction de l’eau avec diverses formations géologiques. En outre, d’autres sources résultant de la pollution de surface, ont également affecté la concentration de nitrates dans l’eau, des échantillons, ont dépassé 50 mg / l pour atteindre 57 mg / l, ce qui nécessite la reconnaissance des endroits les plus dangereux pour les eaux souterraines. En appliquant le modèle DRASTIC, qui permet de dessiner une carte des paramètres de pollution basée sur des données liées aux caractéristiques géo-environnementales de la zone d’étude, il est apparu clairement que les niveaux de risque les plus élevés ont été enregistrés dans la zone de Meridja, ainsi que dans le centre-ville de Béchar, en plus d’une certaine zone à Ouakda, en raison de son caractère agricole, ce qui entraîne inévitablement une utilisation excessive de matières organiques qui affectent négativement la qualité des eaux souterraines. À la lumière de tous ces résultats, il était nécessaire de proposer des solutions afin de préserver la qualité des eaux souterraines grâce à l’utilisation de techniques modernes utilisées dans de nombreux endroits à travers le monde, comme la recharge artificielle des aquifères, qui est l’injection de quantités d’eau dans des zones géologiques à haute perméabilité afin d’en augmenter le niveau d’aquifère et y recourir en période de rareté des précipitations.

Mots clés : eaux souterraines, hydrogéochimie, pollution, gestion rationnel DRASTIC, recharge artificielle.

Présentation

Version intégrale (27 Mb)

Page publiée le 31 octobre 2022