Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Contribution à l’étude du fonctionnement hydro-érosif au niveau des versants marneux cas du bassin versant d’Isser-Tlemcen.

Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT) 2021

Contribution à l’étude du fonctionnement hydro-érosif au niveau des versants marneux cas du bassin versant d’Isser-Tlemcen.

CHIKH, Hamza Abdessamad

Titre : Contribution à l’étude du fonctionnement hydro-érosif au niveau des versants marneux cas du bassin versant d’Isser-Tlemcen.

Auteur : CHIKH, Hamza Abdessamad

Université de soutenance : Université Abou Bekr Belkaid Tlemcen (UABT)

Grade : Doctorat en Hydraulique 2021

Résumé
Le présent travail vise à évaluer les pertes de sol dues à l’érosion hydrique et à contribuer à la connaissance de l’impact des couvertures végétales du bassin versant d’Isser situé au nord-ouest de l’Algérie. À cette fin, deux modèles prédictifs ont été utilisé, à savoir le programme d’actions prioritaires par le modèle du Centre d’activités régionales (CAR / PAP) et la perte de sol universelle révisée modèle d’équation (RUSLE), utilisant le système d’information géographique (SIG). Pour illustrer le niveau de protection dans ce bassin versant, il a été décidé d’utiliser deux approches pour l’estimation du facteur C ; la première est la méthode classique et la seconde consiste à calculer l’indice de végétation par différence normalisée (NDVI) sur deux périodes (sèche et humide). La carte des états érosifs, qui a été obtenue en utilisant le modèle PAP / RAC, montre les zones qui sont potentiellement les plus vulnérables à l’érosion et qui couvrent plus de 60% de la superficie totale du bassin. Les résultats pour le couvert végétal (facteur C) par la méthode conventionnelle pendant la période sèche présentent une perte moyenne de terres égale à 14 (t ha − 1 an − 1), alors que ce taux diminue à 7,9 (t ha − 1 an − 1) pendant la période humide. Selon l’approche NDVI, les résultats du facteur C pour la saison sèche sont de 25,53 (t ha − 1 an − 1) avec une perte annuelle de terres pouvant atteindre 3 millions de tonnes. Pour évaluer les schémas saisonniers de la charge de sédiments en suspension et ses interactions érosion-transport, 17 ans les données de surveillance des cours d’eau du bassin de la rivière Isser (nord-ouest de l’Algérie) ont été étudiées, et les approches à l’échelle des événements. Les résultats montrent des différences significatives dans le rendement et le transport des sédiments processus entre les périodes sèches et humides. Un taux de 8 t ha − 1 an − 1 a été estimé par analyse continue, avec des valeurs de 4,3 et 13 t ha − 1 an − 1 pour les périodes humides et sèches, respectivement. Estimations du taux de livraison du sol a souligné des valeurs plus élevées pendant les périodes sèches et la dominance des processus d’érosion des versants. A l’événement l’échelle, les boucles d’hystérésis ont confirmé ces schémas saisonniers dans la dynamique des transports. L’étalonnage du modèle MUSLE a mis en évidence la gravité des précipitations pendant la période sèche. Cette étude a fourni les estimations qualitatives et quantitatives nécessaires au développement de la gestion environnementale ; il permet également de contrôler les différents impacts sur ce bassin versant. D’autre part les résultats obtenus soulignent l’importance de la saisonnalité dans les processus d’érosion et de transport avec une pertinence particulière en termes de climat changé les prévisions.

Mots clés : RUSLE ;MUSLE;PAP / RAC ; NDVI ; Algérie ; Cartographie Érosion potentielle ; Calibration ; Charge suspendue ; Saisonnalité.

Présentation

Version intégrale ( 11 Mb)

Page publiée le 31 octobre 2022