Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2021 → Tãngpogsé : De l’anthropologie de l’orpaillage au féminin à la santé maternelle et infantile dans le Sud-Ouest du Burkina Faso

Université de Lyon (2021)

Tãngpogsé : De l’anthropologie de l’orpaillage au féminin à la santé maternelle et infantile dans le Sud-Ouest du Burkina Faso

Ouedraogo, Alizeta

Titre : Tãngpogsé : De l’anthropologie de l’orpaillage au féminin à la santé maternelle et infantile dans le Sud-Ouest du Burkina Faso

Tãngpogsé : From the anthropology of women’s gold panning to maternal and child health in southwest Burkina Faso

Auteur : Ouedraogo, Alizeta

Etablissement de soutenance : Université de Lyon co tutelle Université Joseph Ki-Zerbo (Ouagadougou, Burkina Faso).

Grade : Doctorat : Socio Anthropologie 2021

Résumé
En Afrique de l’Ouest, l’exploitation artisanale de l’or a pris une importance accrue dans let issu économique vers les années 1980 et s’est transformée progressivement en boom minier après une vingtaine d’années. Au Burkina Faso, notamment dans le Sud-Ouest, ce phénomène entraîne une forte migration des hommes et des femmes venus des pays voisins (Côte d’Ivoire, Mali, Ghana, Niger, Togo et Bénin) et des autres régions du Burkina Faso vers les sites d’orpaillage, à la recherche de revenus. Ces sites deviennent des espaces d’entreprises, des cadres de vie et de ménages dans lesquels se côtoient différents statuts matrimoniaux (célibat et veuvage). En dépit de certaines femmes qui suivent leurs maris orpailleurs, le lévirat et lemariage forcé contraignent d’autres à migrer vers les sites. Cet état de fait conduit à la naissance d’unions éphémères, à la constitution de nouvelles familles et donne lieu à de multiples formes de transactions sexuelles. C’est cette situation qui nous a amenée à nous interroger sur les questions liées à la santé maternelle et infantile sur ces territoires. Sur ces sites, en effet, des femmes se retrouvent confrontées à la prise en charge des grossesses, des accouchements et d s enfants dans un contexte social, sanitaire et environnemental très spécifique, qui a conduit à un exercice du terrain délicat. Pour les orpailleurs du Sud-Ouest du Burkina Faso, notamment lestãngpogsé, c’est-à-dire les femmes entrepreneures économiques des sites d’orpaillage, la pandémie de la Covid-19 a créé la faim, l’incertitude et perturbé leurs activités. S’ajoutant à un contexte déjà difficile lié au terrorisme, l’orpaillage est entravé par les mesures mises en plac epar le gouvernement burkinabè pour riposter contre la pandémie de la Covid-19 ou du « corona djadiste » ou du « corona faim ». Ces mesures sont, entre autres, la fermeture des frontières aériennes et terrestres, la mise en quarantaine des villes et l’établissement de couvre-feux.

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 21 novembre 2022