Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → Thèses en préparation → 2021 → Utilisation de la résonance magnétique nucléaire pour mesurer la transpiration et les flux de carbone chez le mil

Université Montpellier (2021)

Utilisation de la résonance magnétique nucléaire pour mesurer la transpiration et les flux de carbone chez le mil

Ovwemuvwose Joseph

Titre : Utilisation de la résonance magnétique nucléaire pour mesurer la transpiration et les flux de carbone chez le mil

Auteur : Ovwemuvwose Joseph

Université : Université Montpellier

Discipline : BIDAP - Biologie, Interactions, Diversité Adaptative des Plantes

Sous la direction de : Vincent Vadez et de Christophe Goze-Bac.

Résumé
Le réchauffement climatique contribue largement aux températures extrêmes ou aux périodes de sécheresse. Ces événements extrêmes ont un impact négatif sur le rendement des cultures, en particulier dans les zones sahéliennes où l’agriculture reste pluviale et traditionnelle. Une meilleure compréhension des mécanismes régissant l’efficacité d’utilisation de l’eau des plantes et la fixation / allocation du carbone (C) pour la production de biomasse représentent des objectifs pour améliorer la tolérance des cultures à ces événements extrêmes, et devrait contribuer à améliorer nos connaissances sur la séquestration du C par les cultures. Pour cela, il est nécessaire de développer des outils de phénotypage permettant de mesurer les interrelations entre transpiration et allocation de C dans les plantes, qui fonctionneraient préférentiellement de manière non destructive en conditions agronomiques. Nos équipes ont initié le développement d’un MNR portable qui mesure la teneur en eau et les flux d’eau dans les tiges végétales de riz, mil chandelle, sorgho dans de telles conditions (Buy et al., 2018 ; Sidi-Boulenouar et al., 2018). L’originalité de cette méthode réside dans le fait qu’elle doit permettre d’estimer sur le terrain : - transpiration par la mesure des flux d’eau ascendants (flux de sève de xylème), - Flux de C vers le système racinaire par la mesure des flux d’eau descendants (flux de sève du phloème). L’objectif de ce projet sera de tester ces deux applications dans le mil chandelle, culture importante pour la sécurité alimentaire en Afrique centrale et occidentale. La stratégie consistera à rechercher des associations entre les flux d’eau ascendants / descendants mesurés par MNR portable et d’autres mesures physiologiques (transpiration, flux de sève, morphologie racinaire) analysées en serre à Montpellier et sur le terrain au Sénégal. Les travaux seront donc réalisés en partie en France (1 an et demi) et au Sénégal (1 an et demi après).

En préparation depuis le : 04-01-2021 .

Source : Theses.fr

Page publiée le 17 novembre 2022