Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → Thèses en préparation → 2021 → Etude de la variabilité et du changement climatique dans la République de Djibouti : tendances et événements intenses simulés par la modélisation régionale.

Université Bourgogne Franche-Comté (2021)

Etude de la variabilité et du changement climatique dans la République de Djibouti : tendances et événements intenses simulés par la modélisation régionale.

Moussa Mohamed waberi

Titre : Etude de la variabilité et du changement climatique dans la République de Djibouti : tendances et événements intenses simulés par la modélisation régionale.

Auteur : Moussa Mohamed waberi

Université : Université Bourgogne Franche-Comté

Discipline : Climatologie

Sous la direction de : Pierre Camberlin et Benjamin Pohl.

Résumé
L’Afrique de l’Est est une des régions qui subit le plus durement au monde les fluctuations climatiques des dernières décennies, en raison de sa vulnérabilité qui combine une faible capacitée d’adaptation et une dépendance aigüe à l’égard des ressources naturelles, en particulier l’agriculture et l’eau. Les événements climatiques extrêmes sont fréquents dans la région et conduisent à des inondations et à des sécheresses associées à des pertes socio-économiques dévastatrices. La république de Djibouti en particulier est caractérisée par un contexte aride couplé à une forte variabilité des précipitations qui génèrent des crues soudaines causant de graves dommages à la population et aux infrastructures. Cependant, les mécanismes fondamentaux contrôlant la dynamique du climat à Djibouti et dans la région restent mal connus. Comprendre la variabilité climatique et les changements futurs attendus des conditions climatiques, en particulier les caractéristiques des précipitations, de la température, du vent, de l’humidité et de l’évapotranspiration est donc crucial pour planifier et concevoir des stratégies d’adaptation appropriées. Objectif de la thèse : Les principaux objectifs de cette thèse sont tout d’abord d’étudier les tendances observées à long terme pour les évènement extrêmes (pluviométrie et température) à Djibouti dans le contexte de conditions météorologiques dangereuses qui peuvent entraîner des pertes socio-économiques. Cela sera accompli grâce à une combinaison d’analyses d’observations climatiques de surface, de produits de télédétection et de réanalyses atmosphériques (ERA5). Cependant, l’une des principales limites pour effectuer une étude aussi complète est la disponibilité de données climatiques suffisamment longues et spatialement représentatives des stations météorologiques sur le terrain. À cette fin, des simulations climatiques à haute résolution, y compris la température, les précipitations, les vents, seront effectuées dans un deuxième temps. La variabilité et les changements climatiques à des échelles de temps longues sont souvent étudiés à l’aide de modèles climatiques globaux, également appelés modèles de circulation générale (GCM). Les GCM utilisent une grille de l’ordre de 100 km par 100 km environ, et sont les outils les plus avancés pour obtenir des projections du changement climatique futur. Cependant, ces simulations sont trop grossières pour les études d’impact et pour répondre aux besoins des planificateurs qui ont besoin d’informations à l’échelle kilométrique pour les initiatives de politique régionale. Pour combler cet écart, les GCM couplés à une réduction d’échelle dynamique à l’aide du modèle climatique régional (RCM) comme WRF, implémenté au CRC de l’Université de Bourgogne, peuvent être utilisés pour simuler le climat actuel et futur à haute résolution horizontale (par exemple, une échelle de grille de 3 km) à Djibouti. Ces modèles haute résolution nous permettrons d’identifier les mécanismes responsables des évènements extrêmes (forte pluie ou sècheresse) et sur l’évolution de ces évènements dans le futur. D’autre part, la phase 6 du projet de comparaison inter-modèles couplés (CMIP6) (Eyring et al., 2016) a récemment généré une nouvelle grille de simulations qui représentent différents scénarios de trajectoires de concentration de gaz à effet de serre (GES). Ces nouvelles générations de simulations (SSP/RCP) sont utilisées dans le sixième rapport d’évaluation du GIEC et devraient constituer la base des études pour l’évaluation du changement climatique au cours des prochaines décennies. Ainsi, nous exploiterons ces simulations longues (2020-2100) et réaliserons des simulations plus courtes à haute résolution spatiale pour documenter les événements intenses et leur occurrence sur le territoire djiboutien. Les travaux s’appuieront sur un réseau d’observations journalières de 40 pluviomètres déployés en 2013 par l’Agence Nationale de la Météorologie de Djibouti sur tout le territoire. Leurs enregistrements seront confrontés à des produits issus d’estimations ou de simulations (réanalyses, modèle climatique régional)

En préparation depuis le : 01-09-2021 .

Source : Theses.fr

Page publiée le 16 novembre 2022