Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → Thèses en préparation → 2022 → Expansion urbaine, trajectoires socio-familiales et enjeux de justice spatiale dans la zone de Bambilor (Niayes Sud de Dakar, Sénégal)

Université Montpellier 3 (2022)

Expansion urbaine, trajectoires socio-familiales et enjeux de justice spatiale dans la zone de Bambilor (Niayes Sud de Dakar, Sénégal)

Ndiaye Serigne

Titre : Expansion urbaine, trajectoires socio-familiales et enjeux de justice spatiale dans la zone de Bambilor (Niayes Sud de Dakar, Sénégal)

Auteur : Ndiaye Serigne

Université : Université Montpellier 3

Discipline : Sociologie

Sous la direction de : Philippe Lavigne Delville et de Sylvain Landry Faye.

Résumé
Cette thèse vise à analyser, en termes de justice socio-spatiale, les recompositions socio-économiques et territoriales dans la frange d’expansion de la métropole dakaroise, en se centrant sur les mutations induites par la conversion des terres agricoles en logement et leurs impacts sur les populations des villages concernés. L’expansion urbaine rapide aux marges des métropoles africaines induit de profondes recompositions de l’espace et de l’agriculture péri-urbaine, qui voit ses surfaces se réduire. Elle passe par des processus de conversion des terres, résultant d’un ensemble d’interventions étatiques, de lotissements privés initiés par les promoteurs immobiliers, de lotissements communaux ou même initiés par les familles détentrices de terre, d’urbanisation diffuse. Ces différents types de conversion reposent sur des mécanismes d’accès aux terres différents, et un partage très inégal de la rente urbaine entre les acteurs, en particulier les détenteurs fonciers coutumiers : les lotissements familiaux, bien qu’illégaux, sont pour eux une façon de tenter de conserver une part importante de cette rente, qui leur échappe dans les autres processus, du fait de leur absence de droits légalement reconnus sur leurs terres. L’ampleur de l’urbanisation et la localisation des lotissements sur le territoire d’une part, les modalités de conversion des sols, d’autre part, ont des conséquences fortes sur le devenir de l’agriculture et sur les possibilités de reconversion économique des familles. Alors que les recherches sur l’urbanisation ont le plus souvent porté sur la demande de logement des nouveaux habitants, cette thèse s’intéresse d’abord aux habitants et aux agriculteurs des espaces soumis à l’expansion urbaine et à leurs trajectoires de reconversion. Elle interroge les impacts divergents de cette expansion sur les familles, leurs activités économiques et leur mobilité, en prenant en compte la diversité des statuts fonciers et des modes de conversion des sols, et les opportunités offertes par la ville, sans présager que les agriculteurs seraient systématiquement gagnants ou victimes de l’urbanisation. Elle interroge en termes de justice socio-spatiale ces processus, tant entre anciens et nouveaux habitants qu’au sein des anciens habitants, prenant les conflits liés aux lotissements comme révélateurs des perceptions sur leur légitimité et sur les critères de justice mobilisés par ces acteurs. Cette recherche porte sur la zone de Sangalkam/Bambilor, dans le département de Rufisque, au centre du front d’urbanisation (gradient Tivaouane Peul/Bambilor). Elle caractérisera les processus d’urbanisation sur les 20 dernières années et leur impact sur les espaces ruraux, mettra à jour les différentes formes de conversion des terres rurales et leur impact en termes de part de la rente contrôlée par les habitants. Elle analysera les trajectoires de reconversion des habitants et des agriculteurs, dans et hors agriculture, pour mettre à jour leurs capacités différentielles à s’adapter à ce nouveau contexte, identifier les gains et les pertes, et les transformations des rapports intra-familiaux induits.

En préparation depuis le : 16-06-2022 .

Source : Theses.fr

Page publiée le 6 novembre 2022