Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2022 → Contribution à l’étude phytochimique et valorisation d’Urtica urens L. dans l’ouest algérien.

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2022)

Contribution à l’étude phytochimique et valorisation d’Urtica urens L. dans l’ouest algérien.

SALEM, Hanane

Titre : Contribution à l’étude phytochimique et valorisation d’Urtica urens L. dans l’ouest algérien.

Auteur : SALEM, Hanane

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat En Sciences de l’environnement 2022

Résumé partiel
Récemment, il y a eu beaucoup d’attention pour les produits naturels en raison de leurs valeurs médicinales. Leur efficacité a été prouvée à travers des études scientifiques pour vaincre certaines maladies. Le présent travail a pour but de valoriser une plante souvent méprisée et considérée comme mauvaise herbe par la population locale, afin de la remettre à sa juste place. Il s’agit de la petite ortie. Dans ce contexte, notre étude a été menée pour déterminer le potentiel phytochimique et d’évaluer certaines activités pharmacologiques in vitro et in vivo de la petite ortie (Urtica urens L.) de l’ouest Algérien, en utilisant deux extraits de polarités différentes, un extrait aqueux et un autre éthanolique à 80%. Un dosage des éléments minéraux des feuilles par la méthode de S.A.A a été fait afin de déterminer sa qualité nutritionnelle. L’analyse des polyphénols par des dosages colorimétriques et par la HPLC-DAD a été fait afin d’identifier qualitativement et quantitativement les composés bioactifs. In vitro, deux tests ont été utilisés pour évaluer l’activité antioxydante, celui du DPPH et celui du blanchiment du β-carotène. En plus de l’activité antimicrobienne qui a été déterminée sur des souches pathogènes par la méthode de diffusion sur gélose (Agar Well Diffusion), à partir des extraits isolés des parties aériennes et souterraines de l’espèce. Par ailleurs, des tests in vivo ont été réalisés sur des modèles animaux et ils ont été précédés par la détermination de la toxicité aigüe (DL50) des extraits étudiés, en utilisant la méthode de Lorke, suivi par le test d’activité antiinflammatoire en mesurant l’œdème plantaire des rats induit par la carragénine

Présentation

Version intégrale (7,8 Mb)

Page publiée le 19 novembre 2022