Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Contribution à l’étude des pucerons et de leurs hyménoptères parasitoïdes dans la Mitidja

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2021)

Contribution à l’étude des pucerons et de leurs hyménoptères parasitoïdes dans la Mitidja

SADAT, Asma

Titre : Contribution à l’étude des pucerons et de leurs hyménoptères parasitoïdes dans la Mitidja

Auteur : SADAT, Asma

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat 2021

Résumé
La présente étude porte sur l’aspect systématique et écologique des espèces aphidiennes et de leurs hyménoptères parasitoïdes sur diverses cultures et adventices dans la région de la Mitidja.Pour la réalisation de cette étude, les stations sont choisies selon la disponibilité du matériel biologique, la variation floristique et enfin la facilité d’accès au site de l’échantillonnage. L’expérimentation a été réalisée dans quatre stations différentes. La station horticole du jardin d’essais d’El Hamma pour l’échantillonnage sur les plantes ornementales et florales , La ferme de l’Institut Technique de l’Arboriculture Fruitière et de la Vigne (l’ITAFV) de Tassala-El-Merdja pour l’échantillonnage sur les arbres fruitiers et la vigne , la station de l’Ecole Nationale Supérieure Agronomique d’El Harrach (E.N.S.A) pour l’échantillonnage sur les cultures maraîchères et les plantes d’ornements et enfin la station de l’Institut Technique des Grandes Cultures d’Oued Smar (I.T.G.C) pour l’échantillonnage sur les cultures céréalières et fourragères . Les mauvaises herbes ont été échantillonnées à travers toutes les stations précédentes. L’échantillonnage, qui s’étale entre février 2017 et Septembre 2018, a permis de récolter 48 espèces aphidiennes. Cette aphidofaune est répartie entre 04 sous-familles ; Aphidinae, Chaitophorinae, Lachninae et Calaphidinae, 07 tribus et 28 genres. La sous-famille des Aphidinae est la plus représentée en genres (21) et en espèces (41). 6795 momies ont été récoltées dont 5283 ont émergé ce qui se traduit par un taux d’émergence égale à 77,74%. Ce taux d’émergence varie entre 32 % et 91,96 % .A. matricariae , D.rapae et A.colemani ont enregistré les taux d’émergence le plus importants et sont respectivement 91.96 %, 89,79 % et 88,62% . L’identification des individus émergés révèle 24 espèces d’hyménoptères parasitoïdes dont 17 espèces sont des parasitoïdes primaires appartenant à la sous Ŕ famille des Aphidiinae qui renferme quatre tribus ; Aphidiini, Praini, Ephedrini et Trioxini et sept genres ; Aphidius, Diareretiella, Lysiphlebus, Praon, Ephedrus, Toraxes et Binodoxys. Celui des Aphidius prédomine avec huit espèces : Aphidius matricariae, Aphidius ervi, Aphidius colemani, Aphidius transcaspicus, Aphidius avenae, Aphidius aquilus, Aphidius rhopalosiphi et Aphidius ribis. Les 7 espèces d’hyménoptères parasitoïdes secondaires recensées se répartissent en cinq familles ; les Pteromalidae, les Figitidae, les Encyrtidae, les Proctotrupidae et les Megaspilidae. Les Pteromatidae prédominent avec trois espèces ; Asaphes sp , Pachyneuron aphidis et Phaenoglyphis villosa. Les autres familles renferme une 203 seule espèce chacune qui sont respectivement Alloxysta victrix, Syrphophagus aphidivorus, Phaneroserphus coreanus et Lygocerus sp. L’étude de la relation tritrophique plante hôte- puceron- parasitoïde primaire a permis de mettre en évidence 190 associations établies entre 34 espèces aphidiennes et 70 espèces végétales

Mots Clés : puceron, parasitoïdes, hyperparasitoïdes , Braconidae, Mitidja

Présentation

Version intégrale (10,2 Mb)

Page publiée le 11 novembre 2022