Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2020 → Optimisation et reconcéption du réseau de surveillance des eaux souterraines à l’aide des SIG et techniques d’analyses multicritères, plaine de Khemis Miliana

Université Djilali Bounaama Khemis Miliana (2020)

Optimisation et reconcéption du réseau de surveillance des eaux souterraines à l’aide des SIG et techniques d’analyses multicritères, plaine de Khemis Miliana

Abdelkrim Nadia ; Belkhiri Zineb

Titre : Optimisation et reconcéption du réseau de surveillance des eaux souterraines à l’aide des SIG et techniques d’analyses multicritères, plaine de Khemis Miliana

Auteur : Abdelkrim Nadia ; Belkhiri Zineb

Université de soutenance : Université Djilali Bounaama Khemis Miliana

Grade : Master Hydrogéologie 2020

Résumé
L’objectif de cette étude était d’utiliser l’analyse multicritère pour analyser et modéliser les principaux critères qui influencent la conception optimale d’un réseau pour surveiller les niveaux des eaux souterraines. L’analyse multicritère a été réalisée à l’aide d’un SIG (ArcGISR ). L’aquifère alluvial de Khemis Miliana (Algérie) a été choisi comme étude de cas. La définition et l’importance des critères (facteurs et contraintes) qui influencent la conception du réseau de surveillance ont été fondées sur les informations disponibles et les consultations avec des experts du sujet. Les facteurs pris en compte étaient : 1-Profondeur des eaux souterraines, fluctuation des eaux souterraines, densité des points de mesure, recharge naturelle des eaux souterraines, épaisseur de l’aquifère, gradient hydraulique. L’analyse hiérarchique des procédés (AHP) a été utilisée pour pondérer les facteurs, ce qui a donné un rapport de cohérence de 0.1. La méthode de combinaison linéaire pondérée (WLC) a ensuite été appliquée, ce qui a abouti à une carte identifiant les emplacements des zones prioritaires à surveiller. Les résultats montrent que 14% de la région d’étude correspond à des zones de suivi très prioritaires, 22% à des zones hautement prioritaires, et 1.8% À une priorité moyenne, 5.4% et 56.8 % à faible priorité et à des zones de surveillance de très faible priorité. La méthode proposée peut être utilisée par le gouvernement et les organisations publiques et privées pour déterminer des stratégies de surveillance qui soutiennent la gestion des ressources en eau.

Mots Clés  : GIS, l’analyse hiérarchique des procédés, réseau de surveillance, Khemis Miliana, eaux souterraines.

Présentation

Version intégrale (2 Mb )

Page publiée le 24 décembre 2022