Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2021 → Mesure du contenu en emploi de l’agriculture en Afrique subsaharienne : comparaison des modèles agroécologique et conventionnel ( Niayes au Sénégal)

Université de Montpellier (2021)

Mesure du contenu en emploi de l’agriculture en Afrique subsaharienne : comparaison des modèles agroécologique et conventionnel ( Niayes au Sénégal)

Laske, Esther

Titre : Mesure du contenu en emploi de l’agriculture en Afrique subsaharienne : comparaison des modèles agroécologique et conventionnel ( Niayes au Sénégal)

Measuring the employment content of agriculture in sub-Saharan Africa : comparison of agroecological and conventional models

Auteur : Laske, Esther

Etablissement de soutenance : Université de Montpellier

Grade : Doctorat : Sciences économiques 2021

Résumé partiel
Un accroissement démographique considérable est à l’œuvre en Afrique subsaharienne (ASS) et exerce une pression croissante sur les marchés du travail. Le dernier rapport des Nations Unies portant sur les prospectives démographiques fait état d’une augmentation d’un milliard d’êtres humains pour le continent d’ici à 2050, représentant 52% de l’accroissement de la population mondiale (UNDESA 2019). Or, les progrès économiques récents de la région reposeraient dans certains cas sur des processus réversibles tels que l’urbanisation sans industrialisation (Rodrik 2018) et un basculement de la main-d’œuvre hors de l’agriculture vers des activités de services informelles à faible productivité (Yeboah et Jayne 2018 ; Jayne, Chamberlin, et Benfica 2018). Ces tendances ne laissent pas présager l’émergence d’un secteur secondaire à même d’absorber les nouvelles générations de travailleurs (Rodrik 2016). L’importance de l’agriculture comme premier employeur d’ASS ainsi que le fait qu’une part conséquente de cet accroissement démographique devrait avoir lieu dans les zones rurales (UNDESA 2018) appellent à considérer le rôle du secteur agricole pour faire face au défi de l’emploi à moyen-terme. L’agroécologie constitue une alternative au modèle conventionnel du développement agricole par l’augmentation de la productivité en intégrant les services écosystémiques dans le processus de production. L’hypothèse originale de cette thèse est que les modes de production agroécologiques pourraient contribuer à fournir des activités rémunératrices en ASS, par l’accroissement en travail qu’ils induisent. Afin d’évaluer un potentiel en création d’emploi par l’adoption de l’agroécologie dans l’agriculture familiale, des données primaires ont été collectées dans la zone des Niayes au Sénégal auprès de 180 ménages ruraux, dont 50 engagés dans l’agriculture biologique. Le premier article de la thèse propose une méthode pour évaluer des niveaux d’agroécologie entre les exploitations agricoles et compare ceux-ci du point de vue du travail et de la main-d’œuvre. Des scores agroécologiques sont construits à partir des pratiques mises en œuvre sur les exploitations. Ainsi, les exploitations sont groupées en classes avec différents niveaux d’agroécologie ce qui met en évidence un gradient agroécologique de systèmes agricoles. Des variables relatives aux volumes de travail, au nombre et aux types d’actifs impliqués dans l’activité agricole sont ensuite comparées entre ces systèmes sans identifier de différence significative entre ces catégories

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 13 novembre 2022