Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2021 → La maladie de la tache bronzée en Tunisie : Distribution géographique, races physiologiques et sensibilité du germoplasme de blé

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2021)

La maladie de la tache bronzée en Tunisie : Distribution géographique, races physiologiques et sensibilité du germoplasme de blé

KAMEL Sana

Titre : La maladie de la tache bronzée en Tunisie : Distribution géographique, races physiologiques et sensibilité du germoplasme de blé

Auteur : KAMEL Sana

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2021

Résumé
La maladie de la tache bronzée, causée par le champignon Pyrenophora tritici-repentis (Ptr), est une maladie foliaire destructive du blé dur et du blé tendre dans le monde. Trois effecteurs nécrotrophiques, Ptr ToxA, Ptr ToxB et Ptr ToxC, produits par Ptr ont été identifiés. Huit races (race 1 à 8) ont été identifiées en fonction de la capacité du pathogène à produire un seul effecteur ou des combinaisons de ces effecteurs.

Afin de déterminer la répartition de la maladie de la tache bronzée dans le Nord de la Tunisie, des prospections de 414 champs de blé ont été menées dans neuf gouvernorats (Ariana, Manouba, Nabeul, Zaghouan, Béjà, Bizerte, Jendouba, Siliana et El Kef) pendant les trois saisons 2016, 2017 et 2018. La maladie a été détectée dans tous les gouvernorats prospectés avec une fréquence de 37%, 64% et 89% en 2016, 2017 et 2018, respectivement. La prévalence, l’incidence et la sévérité ont révélées que de la maladie était plus importante à Manouba et Zaghouan en 2016, à Bizerte, Ariana, Jendouba, Siliana et El Kef en 2017, et dans tous les gouvernorats visités à l’exception de Siliana en 2018. La maladie était plus sévère sur le blé dur que sur le blé tendre. Les variétés de blé dur ‘Maali’, ‘Karim’ et ‘Razzak’ ont montré des réactions de sensibilité au cours des années de prospection, alors que les cultivars récemment introduits ‘Carioca’ et ‘Monastir’ et les variétés de blé tendre ‘Utique’ et ‘Haidra’ étaient moins sensibles.

La virulence de 73 isolats monosporales, collectés en Tunisie en 2018, a été évaluée sur une série différentielle de blé composée de ‘Glenlea’, ‘6B662’, ‘6B365’ et ‘Salamouni’. Un criblage par PCR avec des amorces spécifiques pour les gènes effecteurs ToxA, ToxB et toxb (homologue de ToxB) a été effectué pour confirmer la présence ou l’absence de ces gènes. Les isolats ont été regroupés en races 2, 4, 5 et 7, et race atypique, car ils induisaient les mêmes symptômes que la race 7 mais manquaient le gène ToxA. Les races 2, 4 et 5 ont été trouvées à de faibles pourcentages, tandis que la race 7 (49%) et la race atypique (44%) étaient dominantes. ToxA s’est amplifié dans 51% des isolats testés, et partageait une séquence identique à l’haplotype 15 précédemment identifié (H15). ToxB et son homologue toxb se sont amplifiés dans 97% et 93% des isolats testés, respectivement.

Pour mieux comprendre l’interaction blé-P. tritici-repentis, la réaction de 58 génotypes de blé dur et de blé tendre a été évaluée, dans des conditions contrôlées, à trois isolats de Ptr produisant chacun un effecteur unique. 21%, 57% et 76% des génotypes testés ont présenté une réaction de résistance aux isolats représentatifs de la race 2 (productrice de ToxA), de la race 3 (productrice de ToxC) et de la race 5 (productrice de ToxB), respectivement. Aucun génotype de blé tendre n’a été sensible aux trois races testées, tandis que huit génotypes de blé dur (13,8%) ont été sensibles aux trois races 2, 3 et 5. Seulement sept génotypes (12%) ont été résistants aux races testées 2, 3 et 5 et qui groupaient cinq génotypes de blé tendre (‘Salammbo’, ‘Vaga’, ‘Accor’, ‘Idalgo’ et ‘Bella Regia’) et deux variétés locales de blé dur (‘Taganrog’ et ‘Biskri’).

Mots Clés  : Blé, effecteurs nécrotrophiques, prospection, Pyrenophora tritici-repentis, races physiologiques, ToxA, ToxB, toxb, ToxC, Tunisie.

Version intégrale

Page publiée le 1er décembre 2022