Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2021 → Étude des processus hydrologiques de la sebkha Kelbia en Tunisie centrale Caractérisation des formes d’évolution et des trajectoires d’adaptation aux changements globaux

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2021)

Étude des processus hydrologiques de la sebkha Kelbia en Tunisie centrale Caractérisation des formes d’évolution et des trajectoires d’adaptation aux changements globaux

Sebai Amal

Titre : Étude des processus hydrologiques de la sebkha Kelbia en Tunisie centrale Caractérisation des formes d’évolution et des trajectoires d’adaptation aux changements globaux

Auteur : Sebai Amal

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2021

Résumé
Dans les milieux semi-arides, les sebkhas représentent des composantes hydrologiques importantes des bassins versants, particulièrement sensibles aux changements. La sebkha Kelbia est une dépression topographique située en Tunisie centrale. Ce lac salé de 120 km2 de superficie est reconnu pour récolter les écoulements de surface en période humide et contribuer à l’évaporation des eaux souterraines artésiennes en période sèche. Cette sebkha représente une zone historiquement productrice d’une diversité de ressources socio-environnementales. Aujourd’hui, les surfaces d’alimentation de la sebkha Kelbia connaissent de profonds changements liés principalement à l’activité humaine entraînant des modifications majeures des processus hydrologiques. Cette thèse propose d’identifier et de caractériser ces différentes formes d’évolutions. L’approche adoptée se distingue par l’intégration d’éléments historiques et sociologiques nécessaires à la mise en perspective de l’analyse hydrologique. Les résultats mettent en évidence un hydrosystème complexe ayant subi une évolution multifactorielle. L’étude comparative des apports d’eau observés dans la sebkha sur une période ancienne (1930-1955) et reconstitués par télédétection sur une période récente (1999-2019), révèle un changement de régime hydrologique. Les crues exceptionnelles (supérieures à 200 hm3 ) représentant auparavant jusqu’à 80% du remplissage du lac ont disparu sur la période récente. Fragilisant la pérennité du lac, cette disparition pourrait être l’une des conséquences de la construction de barrages en amont des trois principaux oueds d’alimentation. Des modes de remplissage et de vidange contrastés apparaissent sur chaque période. Entre 1930 et 1955, l’évaporation est la composante dominante de la vidange de la sebkha. Toutefois, durant la période récente, la vidange est dominée par l’infiltration qui représente environ 75% de son déstockage entre 2016 et 2019. La sebkha ne joue plus son rôle exutoire du vaste aquifère Plio-Quaternaire de Kairouan. Les transferts depuis la nappe superficielle vers le plan d’eau ne sont plus observés au sud de la sebkha. De même, l’alimentation par la nappe artésienne de Kairouan dont les niveaux ont baissé d’une dizaine de mètres ne peut plus être clairement identifiée. Dans un contexte de rareté de l’eau, la sebkha Kelbia joue actuellement un rôle important dans le bassin et contribue à la recharge de cet aquifère durant les périodes humides par infiltration. Autrefois considérée comme une ressource productive notable, la sebkha Kelbia est désormais largement marginalisée. L’analyse socio-historique montre que cet abandon est le fruit de choix de gestions des territoires qui ont conduit à des bouleversements hydrologiques indirects. Ces évolutions sont responsables en retour d’un changement de pratiques des populations riveraines renforçant le désintérêt politique, scientifique et économique de la zone

Mots Clés  : bilan hydrologique, interactions surface-souterrain, dynamiques hydrologiques, sociohydrologie, zone humide.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 28 novembre 2022