Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2021 → SYSTEMES D’AIDE A LA DECISION POUR LA PLANIFICATION AINSI QUE LA GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET EN SOL CAS DU BASSIN VERSANT RMEL

Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage (2021)

SYSTEMES D’AIDE A LA DECISION POUR LA PLANIFICATION AINSI QUE LA GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET EN SOL CAS DU BASSIN VERSANT RMEL

Bouguerra Sana

Titre : SYSTEMES D’AIDE A LA DECISION POUR LA PLANIFICATION AINSI QUE LA GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET EN SOL CAS DU BASSIN VERSANT RMEL

Auteur : Bouguerra Sana

Etablissement de soutenance : Institut National Agronomique de Tunis (INAT) – Université de Carthage

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2021

Résumé partiel
Dans un pays semi-aride comme la Tunisie, nous observons une dégradation des ressources naturelles. En effet, il a toujours été important de procéder à une gestion et à un aménagement du paysage agricole selon des modes particuliers. Dans la présente thèse, l’objectif général est de développer une approche opérationnelle pour la conception d’une planification appropriée selon des options de gestion spécifiques. Le site sélectionné pour cette étude est le bassin versant Rmel, situé au gouvernorat de Zaghouan. Afin d’atteindre cet objectif, il a fallu assurer les composantes suivantes : 1- une caractérisation du système physique, hydro-pluviométrique, et sédimentologie du site d’étude ; 2- une reconnaissance des principaux défis dont la zone fait face à travers une approche participative ; 3- une détermination de l’impact du changement d’usage des terres et des conditions climatiques. Tout d’abord, nous avons eu recours à une carte cognitive floue (FCM) pour évaluer les options de gestion de l’eau qui devraient se confronter aux différents défis exprimés par les parties prenantes. Ces options ne sont autres que, la promotion de nouveaux aménagements de Conservation des Eaux et des Sols (CES), la consolidation des techniques CES existantes, l’introduction de nouvelles espèces et l’enrichissement de la forêt existante. Plus encore, nous avons considéré la boite à outils InVEST (Integrated Valuation of Ecosystem Services and Tradeoffs) selon ses deux variantes, à savoir : Le modèle « SDR » (Sediment Delivery Ratio) qui permet d’étudier l’érosion des sols et le modèle « Water Yield » pour évaluer l’apport en eau. Les résultats ont montré que l’introduction des deux premières options, mentionnées ci-dessus, dans la carte cognitive floue provoquent une diminution de l’ordre de 16% de la dégradation des sols, par rapport à l’état de référence. Les inondations ont aussi subi une diminution de l’ordre de 14%. Par contre, l’introduction de nouvelles espèces agro-forestières et l’enrichissement de la forêt existante, ont permis l’amélioration de la qualité de l’eau et sa réserve dans le sol de l’ordre de 6%. L’action de cette option sur la dégradation des sols est estimée par une diminution de 27%.

Mots Clés  : Planification, érosion hydrique, apport en eau, concertation, modélisation INVEST, changement climatique, gestion des ressources naturelle

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 26 novembre 2022