Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2022 → Développement de compléments alimentaires antidiabétiques et antibactériens à base de lavandes du Maroc

Université de Lille (2022)

Développement de compléments alimentaires antidiabétiques et antibactériens à base de lavandes du Maroc

Boutahiri, Salima

Titre : Développement de compléments alimentaires antidiabétiques et antibactériens à base de lavandes du Maroc

Auteur : Boutahiri, Salima

Etablissement de soutenance : Université de Lille co tutelle Université Moulay Ismaïl (Meknès, Maroc)

Grade : Doctorat : Biotechnologies agroalimentaires, sciences de l’aliment, physiologie 2022

Résumé partiel
Les lavandes sont largement utilisées au Maroc pour leurs différentes propriétés thérapeutiques. Le but de ce travail est la valorisation de ces lavandes par la mise sur le marché des compléments alimentaires qui répondent aux exigences de sureté et de sécurité. Pour ce faire, différentes études ont été réalisées.Une étude ethnobotanique a été effectuée dans la région Fès-Meknès pour mieux comprendre les utilisations traditionnelles de six espèces de lavandes, dont deux cultivées (Lavandula angustifolia Mill. et Lavandula x intermedia Emeric ex Loisel.) et quatre spontanées (Lavandula pedunculata (Mill.) Cav., Lavandula stoechas L., Lavandula multifida L. et Lavandula dentata L.). D’après cette étude, 92,71% des enquêtés utilisent la lavande, sous forme de décocté à 28,90% ou d’huile essentielle (HE) à 27,98%, avec une préférence pour les espèces cultivées. L’usage le plus courant est thérapeutique (41,69%), notamment pour soigner les affections dermatologiques (24,74%) et génito-urinaires (24,48%).Une étude phytochimique a été réalisée sur les six espèces de lavandes choisies, d’une part, pour étudier la variation de la composition chimique des extraits phénoliques et des HE des lavandes cultivées dans différentes régions, et d’autre part, pour interpréter les activités biologiques et pharmacologiques obtenues. Pour cela, 24 échantillons ont été étudiés, dont 20 correspondaient aux lavandes cultivées à Khénifra, Azrou, Ifrane, Dayet Aoua et Oulmès et récoltées pendant plusieurs années. L’analyse par CG-SM a révélé les composés majoritaires des HE des lavandes cultivées (linalol, 1,8-cinéole, camphre et acétate de linalyle) et spontanées (fenchone, camphre et 1,8-cinéole). Les décoctés de ces lavandes ont fait preuve d’une richesse en polyphénols (jusqu’à 313,18 ± 2,35 mg équivalent acide gallique/g d’extrait) et d’une forte présence de l’acide rosmarinique détecté par CLUHP-SM.Une étude biologique a porté sur les propriétés antiradicalaires, antioxydantes et antimicrobiennes des HE et des extraits phénoliques des lavandes. Les résultats ont montré que les activités antiradicalaires et antioxydantes corrèlent positivement avec les teneurs en polyphénols. Par ailleurs, les décoctés ont fait preuve de propriétés antimicrobiennes plus intéressantes que les HE, avec des concentrations minimales inhibitrices allant jusqu’à 0,20 ± 0,07 mg/mL contre Staphylococcus epidermidis. De plus, la combinaison de L. pedunculata et Salvia lavandulifolia a amplifié l’effet antibactérien obtenu par les extraits seuls.

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 3 décembre 2022