Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Expectations of progress on an Indigenous frontier : waiting for individual tenure and a wildlife conservancy in the Maasai commons of Olderkesi, southern Kenya

McGill University (2021)

Expectations of progress on an Indigenous frontier : waiting for individual tenure and a wildlife conservancy in the Maasai commons of Olderkesi, southern Kenya

Kirigia, Evan

Titre : Expectations of progress on an Indigenous frontier : waiting for individual tenure and a wildlife conservancy in the Maasai commons of Olderkesi, southern Kenya

Auteur : Kirigia, Evan

Université de soutenance : McGill University

Grade : Doctor of Philosophy (PhD) 2021

Résumé
Cette thèse examine les processus et les enjeux politiques liés au démantèlement des terres collectives pastorales maasaï d’Olderkesi qui a été initié pour attribuer des parcelles titrées aux ménages et établir une réserve faunique communautaire visant à protéger la biodiversité. Alors qu’une vague de privatisation des terres déferlait sur les pâturages maasai du sud du Kenya, la région d’Olderkesi demeurait l’une des rares terres collectives pastorales non divisée. Au sein d’une communauté Olderkesi marquée par une même histoire de tribulations et de triomphes, le démantèlement des terres collectives pastorales offrait peu d’attrait. Toutefois, au fil des ans, les défis que représente le fonctionnement d’une terre commune dans une zone entourée de propriétés foncières individuelles ainsi que les demandes endogènes pour des propriétés individuelles, ont poussé les Olderkesi à se lancer dans la fragmentation des terres. Alors que certaines recherches antérieures ont examiné les motivations et les résultats de ces subdivisions, peu se sont penchées sur les longs et complexes processus de division des terres et d’établissement de réserves fauniques dans les pâturages Maasai. Ces processus sont non seulement longs, dépassant souvent une décennie, mais également entravés de négociations complexes impliquant des instances de différents niveaux d’autorité. S’appuyant sur une année de terrain ethnographique au Kenya, cette thèse examine comment les Maasai d’Olderkesi, par le biais de négociations intégrant les perspectives locales, ont indigénisé des technologies et concepts étrangers à travers des démarches d’attribution de sens, afin de créer une plate-forme permettant de définir un avenir autochtone. Parallèlement, la fragmentation des terres collectives et les réserves de protection de la faune continuent d’être remises en question au sein des communautés Olderkesi, soulignant de ce fait la complexité, l’hétérogénéité et la teneur de la politique locale. Je situe ces changements en cours dans la gouvernance foncière et la conservation de la faune dans le cadre des théories sur la propriété privée et l’action collective. J’analyse également les aspirations au progrès à la lumière de mon étude sur la nature du développement des relations capitalistes dans une zone frontalière africaine autochtone

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 8 décembre 2022