Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2018 → Conséquences des invasions de rongeurs liées aux activités humaines sur l’épidémiologie et la structure des populations de Toxoplasma gondii : l’exemple du Sénégal

Université de Limoges (2018)

Conséquences des invasions de rongeurs liées aux activités humaines sur l’épidémiologie et la structure des populations de Toxoplasma gondii : l’exemple du Sénégal

Galal, Lokman

Titre : Conséquences des invasions de rongeurs liées aux activités humaines sur l’épidémiologie et la structure des populations de Toxoplasma gondii : l’exemple du Sénégal

Consequences of human-mediated rodent invasions on the epidemiology and population structure of Toxoplasma gondii : the example of Senegal

Auteur : Galal, Lokman

Université de soutenance : Université de Limoges.

Grade : Doctorat : Parasitologie : Limoges : 2018

Résumé
Toxoplasma gondii est un protozoaire zoonotique ubiquiste capable d’infecter tous les homéothermes dont l’homme. Un contraste géographique marqué a été relevé à l’échelle globale concernant la diversité génétique et la pathogénicité chez l’homme des souches de ce parasite. Un nombre croissant d’études montre l’importance de considérer l’influence du facteur souche parasitaire dans l’étude de l’épidémiologie de la toxoplasmose humaine. Cependant, les données de diversité génétique demeurent très limitées pour de larges régions du monde dont l’Asie et l’Afrique. Egalement, les déterminants de la structure spatiale des populations de T. gondii dans le monde demeurent mal compris. Au cours de ce travail, nous nous sommes intéressés à l’influence des échanges humains sur l’évolution des populations du parasite en Afrique, et plus particulièrement au Sénégal. Nos résultats soutiennent un rôle important des rongeurs invasifs qui accompagnent les échanges humains dans l’introduction de souches au niveau des zones portuaires du pays par voie maritime.Nos résultats suggèrent également un rôle de la souris invasive Mus musculus domesticus dans la contre-sélection de la lignée clonale Africa 1, la lignée prédominante de T. gondii en Afrique de l’Ouest. Ces nouveaux éléments éclairent sur une partie des mécanismes qui régissent le fonctionnement des populations de T. gondii. D’autres études réalisées dans différents contextes épidémiologiques, alliées à des études expérimentales, seront nécessaires pour donner une juste mesure de l’influence de ces interactions hôtes-parasites sur l’épidémiologie de la toxoplasmose.

Présentation (SUDOC)

Version intégrale

Page publiée le 30 décembre 2022