Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2017 → Techniques de conservation d’oignon et facteurs d’adoption : cas de la technique type UGPOS dans le Sanmatenga

Université Ouaga 1 Professeur Ki Zerbo (2017)

Techniques de conservation d’oignon et facteurs d’adoption : cas de la technique type UGPOS dans le Sanmatenga

OUEDRAOGO Nomdo Jules

Titre : Techniques de conservation d’oignon et facteurs d’adoption : cas de la technique type UGPOS dans le Sanmatenga

Auteur : OUEDRAOGO Nomdo Jules

Etablissement de soutenance : Université Ouaga 1 Professeur Ki Zerbo

Grade : MASTER II Master International et Pluridisciplinaire en Développement 2017

Résumé
Au Burkina Faso, la filière fruits et légumes occupe une place de choix parmi les filières porteuses retenues par les autorités burkinabés. Le maraîchage est plus que jamais une filière d’avenir pour de nombreux producteurs, car elle est l’une des activités génératrices de revenus pour de nombreuses personnes. Les cultures maraichères et en particularité l’oignon connaissentdepuis une vingtaine d’années une croissance considérable en Afrique de l’Ouest et en particulier au Burkina Faso. Malgré une forte production del’oignon, on note une période de pénurie entrainant ainsi unefortevariation des prix du produit. La conservation et le stockage, constituele nœud du problème, car le manque de techniques de conservation et de stockage engendre des pertes énormes en termes de gains financiers.En outre, les producteurs essaient d’innover en abri de conservation capable de résoudre leur problème étant donné que certaines des infrastructures modernes leur sont inaccessibles. En effet, ces innovations endogènes connaissent des difficultés d’adoption et c’est le cas de la technique de conservation d’oignonde l’Union des Groupements et producteurs d’Oignon du Sanmatenga (UGPOS) appelée la conserverie type UGPOS. Enfin, de mieux cerner la question surl’adoption de cette technique, nous avons eu collecter des données primaires et secondairesaux moyens d’enquête par questionnaire et entretien individuel mais également grâce à une revue de littérature sur le sujet. L’analysestatistique et économétrique ont permis de situer lesdegrés d’influences de nos différentes variables sur l’adoption de la technique. Le but de cette recherche est d’identifier les facteurs qui influenceraient l’adoption de cette technique endogène. Il ressort de cette étude que lenombre d’enfants par ménage, le niveau d’instruction, la pratique d’activités secondaires et la quantité produite influencent positivement l’adoption de la technique.Cependant, le sexe, le coût de la technique, l’accès à un encadrement et l’utilisation d’autres techniques influencentnégativement l’adoption de la technique.Cette étude a permis de situer l’important rôlede la femmedans la diffusion d’une technologie, l’importance du niveau d’instruction et la contrainte démographique qui peut à un certain niveau concourir à l’adoption d’une innovation endogène. Enfin de mieux diffuser cette technique type UGPOS, il faudra mettre un accent particulier sur la femme en lui permettant des facilités d’accès aux financements et de crédits. Également, il faudra envisagerde valoriser les systèmes de tontine pour la construction de la technique aux profits de ces membres

Présentation et version intégrale (DUDDAL)

Page publiée le 18 mai 2023