Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2000 → Du programme conventionnel à l’approche participative à l’amélioration de l’orge pour des zones non irriguées de Jordanie

CRDI (2000)

Du programme conventionnel à l’approche participative à l’amélioration de l’orge pour des zones non irriguées de Jordanie

Jordanie

Titre : Du programme conventionnel à l’approche participative à l’amélioration de l’orge pour des zones non irriguées de Jordanie

Pays : Jordanie
Organisme de soutien : Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI) Canada
Organisme bénéficiaire : Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA)
Type de projet : Projet de recherche
Date de début : 2000/01/20
Date d’achèvement : 2003/10/20
Durée (mois)  : 36 + 9

Résumé
Au cours des dernières années, deux projets parrainés par GTZ (Deutsche Gessellschaft für Technische Zusammenarbeit) et le CRDI ont permis d’expérimenter une nouvelle approche à l’amélioration de l’orge en Syrie, en Tunisie et au Maroc dans des environnements où le potentiel de précipitations est faible et marginal. Le chef de projet a travaillé intensément avec des statisticiens de premier plan afin de concevoir le modèle expérimental proposé dans ce projet, qui constitue une évolution majeure par rapport à ceux que l’on avait utilisés précédemment dans d’autres projets. La principale innovation vient du fait qu’il est maintenant possible de faire des tests dans des exploitations beaucoup plus petites qu’auparavant, et donc d’intégrer les besoins et les exigences d’agriculteurs plus pauvres.

Au cours du projet, on fera une comparaison systématique des approches participatives de sélection de l’orge et du programme conventionnel et centralisé de Jordanie. On examinera les extrants techniques comme le rendement, le type et la diversité des variétés sélectionnées, mais on fera également une analyse coûts-avantages, et on se penchera sur la capacité d’innovation des utilisateurs et les problèmes institutionnels. Ce dernier objectif sera réalisé en étudiant la structure institutionnelle actuelle de la sélection de l’orge et en examinant les contraintes et les possibilités entourant l’introduction d’un mode de sélection participative. Le nouveau programme de sélection, conçu pour des zones non irriguées et une agriculture à faibles intrants, pourrait devenir un modèle dans un pays où la quantité d’eau disponible par habitant n’est que de 264 m3/année alors que la moyenne mondiale est de 7 000 m3/année, et où l’on prévoit que d’ici 20 ans, tout le secteur de l’agriculture pratiquera la culture sèche.

Parmi les autres activités du projet, mentionnons l’élaboration de méthodologies permettant d’institutionnaliser la sélection participative des plantes, l’évaluation de l’impact d’une sélection participative sur la biodiversité, la détermination des critères de sélection des agriculteurs et des agricultrices, la mise au point de variétés d’orge plus adaptées aux besoins de tous les utilisateurs, et la diffusion de l’information découlant du projet. Le résultat attendu est l’adoption plus fréquente de nouvelles variétés adaptées à une agriculture à faibles intrants et un rendement de l’orge plus élevé et plus stable.

Sujets  : ORGE | ZONE ARIDE | AMÉLIORATION DES PLANTES | RECHERCHE PARTICIPATIVE | AGRICULTURE DURABLE | BIODIVERSITÉ

Informations financières
Financement total : 272 300 $ CAD

Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI)

Page publiée le 7 mars 2011, mise à jour le 6 mai 2018