Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2004 → Etude hydrogéologique de la plaine de Zana -Chott Saboun (W. de Batna est Algérien)

Université de Batna (2004)

Etude hydrogéologique de la plaine de Zana -Chott Saboun (W. de Batna est Algérien)

Chebbah, Lynda

Titre : Etude hydrogéologique de la plaine de Zana -Chott Saboun (W. de Batna est Algérien)

Auteur : Chebbah, Lynda

Etablissement de soutenance : Université de Batna : Faculté des Sciences de l’Ingénieur

Grade : Magister : Mobilisation des ressources hydriques 2004

Résumé
Le bassin versant de Zana - Chott Saboun appartient au domaine des hautes plaines Constantinoise avec une superficie de 369 km2 où affleurent des formations carbonatées d’âge Crétacé et Jurassique fortement plissées et tectonisées. La plaine est comblée essentiellement par des sédiments récents d’âge Mio-Plio-Quaternaire. Les reliefs de cette région est modéré avec des pentes légères, l’écoulement des eaux superficielles convergent vers les zones basses " Merdja de Zana et Chott Saboun ". L’étude géophysique nous a permis de déterminer les épaisseurs des formations susceptibles d’être aquifères ainsi que le substratum. L’hydrogéologie montre l’existence de plusieurs aquifères : l’aquifère superficiel du Mio-Plio-Quaternaire , l’aquifère karstique du Crétacé inférieur et l’aquifère karstique du Jurassique supérieur. Ces ensembles se trouvent en contact direct dans plusieurs endroits, ce qui donne la possibilité à l’eau de passer d’un aquifère à l’autre. La piézomètrie de la nappe superficielle, montre une surface piézomètrique qui converge vers les zones basses ; Elle est libre dans la majorité de la plaine et semi-captive par endroits. L’aquifère karstique présente probablement les meilleures possibilités hydrogéologiques notamment dans le Jurassique supérieur. L’analyse hydrochimique, a révélé que les eaux de la nappe superficielle s’avèrent chargées surtout près du Chott et de la Merdja. Les faciès hydrochimiques les plus répondus sont du type Chloruré-sodique , Sulfaté-sodique au centre de la plaine et Bicarbonaté-sodique au piémont des massifs. Les eaux de l’aquifère karstique sont du type Bicarbonaté-calcique et Bicarbonaté-sodique à cause du lessivage des roches riches en HCO- 3.

Sujet : Hydraulique ; Piézomètres ; Hautes plaines constantinoises (Algérie) ; Aquifères

Catalogue Collectif Algérie

Page publiée le 15 mars 2011, mise à jour le 4 octobre 2018