Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2007 → Etude sur les populations d’olivier de Laperrine (Olea europaea subsp. laperrinei Batt. & Trab.) du Sahara central algérien (Hoggar et Tassili) : Aspects biologiques et caractérisation moléculaire

UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE (2007)

Etude sur les populations d’olivier de Laperrine (Olea europaea subsp. laperrinei Batt. & Trab.) du Sahara central algérien (Hoggar et Tassili) : Aspects biologiques et caractérisation moléculaire

BAALI-CHERIF Djamel

Titre : Etude des populations d’olivier de Laperrine (Olea europaea subsp. laperrinei) du Sahara central algérien (Hoggar et Tassili) : aspects biologiques et caractérisation moléculaire

Auteur : BAALI-CHERIF, Djamel

Université : UNIVERSITE DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE HOUARI BOUMEDIENE USTHB-ALGER

Grade : Doctorat d’état en Sciences de la Nature Spécialité : Biologie Végétale 2007

Résumé
Etude sur les populations d’olivier de Laperrine (Olea europaea subsp. laperrinei Batt. & Trab.) du Sahara central algérien (Hoggar et Tassili) : Aspects biologiques et caractérisation moléculaire L’olivier de Laperrine (Olea europaea subsp. laperrinei) est une Oleaceae endémique des régions montagneuses du Sahara Central vivant en altitude (1400-2800 m) où les précipitations annuelles moyennes sont de 50 à 100 mm. En Algérie, elle est présente dans les massifs du Hoggar, du Mouyedir, du Tefedest et du Tassili n’Ajjer. Les populations de ce taxon relique sont en régression depuis les changements climatiques du Pléistocène. De plus, cette sous-espèce n’a montré aucune trace récente de régénération naturelle, et de ce fait, elle est menacée localement de disparition, ce qui justifie qu’elle doit bénéficier d’urgence d’un programme de préservation. Des études sur plusieurs aspects biologiques (biogéographie, écologie, caractères botaniques, histoanatomie, germination et caractérisation moléculaire par des microsatellites) ont été effectuées sur un nombre d’échantillons relativement exhaustif et couvrant une grande région de notre Sahara central (Hoggar et Tassili) pour mieux connaître ce taxon en vue de le multiplier à grande échelle. Nos résultats confirment que les oliviers du Sud et du Nord de l’Algérie sont phénotypiquement et génétiquement différenciés, bien qu’ils soient probablement sexuellement compatibles. Sur la base de ces résultats, l’olivier de Laperrine doit être considéré comme une sous espèce du complexe O. europaea. Les effectifs de ce taxon dans le sud algérien dépassent quelques centaines de pieds, voire quelques milliers. Grâce à son mode de reproduction asexuée actuel (croissance clonale), ce taxon appartenant à de petites populations, peut maintenir une relativement grande diversité génétique depuis des millénaires et lui évitant une érosion génétique qui aurait eu lieu lors des générations de reproduction sexuée. Devant l’extrême sécheresse prolongée de l’environnement local et le broutement par les animaux, l’olivier de Laperrineadopte une autre stratégie de survie en se rabougrissant sous forme de buissons. Les essais de multiplication par semis donnent des résultats satisfaisants. Cependant, il est encore nécessaire de déterminer si ce mode de multiplication favorise une régression de la diversité génétique due au faible nombre d’individus capables de se reproduire dans les populations. Le bouturage pourrait donc être un moyen alternatif de multiplier le taxon à grande échelle, car de plus, il préserve les qualités génétiques d’adaptation au milieu local.Il est donc possible de réhabiliter l’olivier de Laperrine dans son milieu naturel en le multipliant à grande échelle. Pour cela, il sera nécessaire d’établir des programmes de sauvegarde soutenus par suffisamment de moyens matériels (pépinières, vergers de culture et de comportement…).

Mots clés : ADN, Biogéographie, Biologie, Espèce menacée, Hoggar, Marqueur génétique, Microsatellites, Olivier, laperrinei, europaea, Tassili.

Présentation

Version intégrale (2,26 Mb)

Page publiée le 31 mai 2014, mise à jour le 24 janvier 2017