Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2009 → Etude des métabolites secondaires de deux scrophulariacées

Université El Hadj Lakhdar (Batna) (2009)

Etude des métabolites secondaires de deux scrophulariacées

Arrif Souad

Titre : Etude des métabolites secondaires de deux scrophulariacées du genre Verbascum : V. ballii et V. dentifolium

Auteur : ARRIF Souad

Université de soutenance : Université El Hadj Lakhdar (Batna)

Grade : DOCTORAT EN SCIENCES Spécialité Chimie (2009)

Description
Le présent travail, rentrant dans le cadre du programme de recherche du laboratoire destiné à la valorisation de la flore locale, s’inscrit donc dans cette logique qui consiste en la découverte de nouveaux composés ou principes actifs à débouchés thérapeutiques. Pour cela, deux plantes de la famille Scrophulariaceae [1], en l’occurrence Verbascum ballii (Batt.) M. Qaiser et Verbascum dentifolium Del., m’ont été confiées en vue d’une investigation chimique. La sélection de ces deux espèces s’est basée essentiellement sur la grande utilisation en médecine traditionnelle des plantes Scrophulariaceae en général. Pour preuve, le nom de la famille et du genre Scrophularia est lié à l’usage que l’on fait de l’espèce Scrophularia vernalis [2] communément appelée scrophulaire jaune, pour guérir la scrofule, cette maladie qui constitue un ensemble de manifestations par lesquelles se révèle une infection tuberculaire chez les enfants sujets aux diathèses essudatives de la peau et des muqueuses, et qui souffrent également d’inflammations des premières voies respiratoires, de végétations adénoïdes et d’enflement des glandes du cou, des aisselles et de l’aisne. On ne connaît pas d’usage en médecine traditionnelle à l’espèce V. ballii, probablement en raison de sa rareté. L’espèce V. dentifolium est utilisée pour le traitement des conjonctivites, de la vue brouillée et de la cataracte. Les diverses investigations phytochimiques menées sur cette famille et plus particulièrement sur le genre Verbascum auquel appartiennent ces deux espèces, ont montré une richesse remarquable en métabolites secondaires d’un grand intérêt biologique. En effet et comme il sera rapporté ultérieurement, les études chimiques réalisées sur le genre ont mis en évidence la présence de saponosides, iridoïdes, alcaloïdes, phenyl éthanoïdes glycosilés, lignanes glycosilés, stérones, flavones et flavonolignanes. La recherche bibliographique exhaustive effectuée sur les deux espèces V. ballii et V. dentifolium et qui a donné une motivation supplémentaire pour la concrétisation de ce travail, a montré qu’elles n’ont fait l’objet d’aucune étude phytochimique.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 9 avril 2011, mise à jour le 20 septembre 2018