Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Sénégal → Effets de la fertilisation organo-minerale sur la croissance et le rendement du fonio

Université de Thiès (2009)

Effets de la fertilisation organo-minerale sur la croissance et le rendement du fonio

Kanfany Ghislain

Titre : Effets de la fertilisation organo-minerale sur la croissance et le rendement du fonio

Auteur : Kanfany Ghislain

Université de soutenance : Université de Thiès. Ecole nationale supérieure d’agriculture

Grade : Diplôme d’Etudes Approfondies 2009

Résumé
Le fonio (Digitaria exilis Stapf) est l’une des plus vieilles céréales d’Afrique de l’ouest. Au Sénégal, il est essentiellement cultivé en Casamance et au Sénégal Oriental et les rendements au champ restent très faibles. Le diagnostic agronomique effectué en 2008 explique la faiblesse de ces rendements par le caractère extensif des systèmes de culture. En effet, le semis se fait à la volée, la récolte est manuelle et la fertilisation est quasi inexistante dans ces parcelles paysannes. C’est ainsi qu’une étude sur la fertilisation organo minérale du fonio a été entreprise dans les stations de Séfa, Kolda, Vélingara et Sinthiou Malème situées en Casamance et au Sénégal Oriental, pour voir ses effets sur la croissance et le rendement et proposer un plan de fumure. Pour ce faire, deux facteurs (matière organique et engrais minéral) ont été étudiés dans un dispositif en split plot, au niveau de chaque site. Les résultats obtenus ont permis de montrer que la fertilisation organo minérale n’a induit aucun effet sur les caractéristiques phénologiques de la plante de fonio. Par contre, des différences par rapport à la croissance et à la productivité de la plante de fonio ont été notées entre les sites. Ainsi, les sites de Séfa et Vélingara ont enregistrées les valeurs les plus faibles, contrairement aux sites de Kolda et de Sinthiou. Ces différences sont dues aux conditions d’installation des cultures dans ces différents sites d’expérimentation. L’effet de l’interaction engrais minéral°x°matière organique, ainsi que du facteur matière organique, n’ont pas induit des effets significatifs sur la hauteur de la plante et la production de biomasse. Cependant, pour l’interaction de ces deux facteurs, des différences significatives ont été notées sur la longueur du racème et le nombre de talles par plante. Concernant le facteur engrais minéral, des effets significatifs ont été notés sur la production de biomasse, le rendement en grains et le nombre de talles. Les parcelles fertilisées avec 100, 150 et 200 Kg/ha de NPK ont permis une augmentation de la biomasse aérienne sèche par rapport aux parcelles non fertilisées. Pour le rendement, les valeurs augmentent avec le niveau de fertilité jusqu’à une certaine dose. En effet, les parcelles fertilisées avec 50 et 100 kg/ha offrent un surplus de production en comparaison aux parcelles non fertilisées. Mais, en passant de 100 à 150 et 200 kg/ha de NPK, la production reste constant et est sensiblement égale à celle des parcelles fertilisées à la dose de 100 kg/ha. Toutefois, en plus de ces résultats obtenus sur la fertilisation, des travaux ultérieurs devront être menés pour une amélioration des pratiques culturales, dans le but d’accroitre la production.

Memoireonline

Page publiée le 18 mai 2011, mise à jour le 14 mai 2019