Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → La conservation du patrimoine des sociétés touarègues du Sahara algérien et le tourisme écoculturel : critique des politiques culturelles de l’UNESCO.

Université du Québec à Montréal (2008)

La conservation du patrimoine des sociétés touarègues du Sahara algérien et le tourisme écoculturel : critique des politiques culturelles de l’UNESCO.

ARCAND PHILIPPE

Titre : La conservation du patrimoine des sociétés touarègues du Sahara algérien et le tourisme écoculturel : critique des politiques culturelles de l’UNESCO.

Auteur : ARCAND PHILIPPE

Université de soutenance : Université du Québec à Montréal

Grade : MAÎTRISE EN SCIENCE POLITIQUE 2008

Résumé
Le présent mémoire pose un regard critique sur les nouvelles politiques de sauvegarde et de promotion de la diversité culturelle de l’UNESCO dans les pays en voie de développement plus particulièrement sur le concept de « tourisme écoculturel », Ces politiques ont pour particularité de faire du patrimoine culturel matériel et immatériel des communautés indigènes du sud un véritable outil de « développement » par l’entremise d’un projet de développement touristique. En se basant sur un projet de développement destiné à préserver le patrimoine culturel des communautés touarègues d’Algérie, Le Sahara des cultures et des peuples nous cherchons à démontrer les différents types de contraintes qui empêchent la réalisation de la mission que s’est donnée l’UNESCO. Le premier faisceau de contraintes découle de la nature autoritaire de l’État algérien qui a pour effet de court-circuiter les moyens proposés par l’organisation qui permettraient aux touaregs de prétendre à une certaine forme d’autonomie économique et politique. Nous croyons que le nationalisme algérien rend impossible toute prise en compte réelle de la volonté de ces sociétés ce qui contredit l’un des critères fondamentaux de la réussite du projet, c’est-à-dire la participation des communautés culturelles concernées. Le deuxième faisceau de contraintes a trait à la promotion de l’industrie touristique comme moyen de préserver le patrimoine culturel. En ce domaine, nous soutenons que la position de l’UNESCO fait abstraction des rapports de domination entre les communautés réceptrices du sud et les pays du nord. Selon nous, le fait de soumettre le patrimoine culturel de ces communautés aux attentes des touristes étrangers contribue à une extériorisation et à une « folklorisation » encore plus grande du patrimoine culturel des sociétés touarègues d’Algérie. Cette marchandisation du patrimoine témoigne d’une transformation de la philosophie de l’Organisation qui semble vouloir se conformer de plus en plus au discours d’autres organisation chargées des questions de développement dont la principale est la Banque Mondiale.

Mots clés : Algérie, Développement, Patrimoine culturel matériel et immatériel, Tourisme, Touareg, UNESCO.

Présentation

Version intégrale (2 Mb)

Page publiée le 20 mai 2011, mise à jour le 3 septembre 2019