Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2008 → Caractérisation de la déformation active par l’Interférométrie Radar (InSAR) : Failles sismiques aveugles et cachées de l’Atlas Tellien (Algérie) et du Rif (Maroc) le long de la limite des plaques Afrique-Eurasie

Université Louis Pasteur Strasbourg (2008)

Caractérisation de la déformation active par l’Interférométrie Radar (InSAR) : Failles sismiques aveugles et cachées de l’Atlas Tellien (Algérie) et du Rif (Maroc) le long de la limite des plaques Afrique-Eurasie

BELABBES, Samir

Titre : Caractérisation de la déformation active par l’Interférométrie Radar (InSAR) : Failles sismiques aveugles et cachées de l’Atlas Tellien (Algérie) et du Rif (Maroc) le long de la limite des plaques Afrique-Eurasie.

Auteur : BELABBES, Samir

Université de soutenance  : Université Louis Pasteur Strasbourg

Grade : Doctorat 2008

Résumé
Le but de cette thèse est l’étude de la déformation crustale générée par les séismes forts et modérés dans les domaines géologiques de l’Atlas Tellien (Nord de l’Algérie) et du Rif (Nord du Maroc). Les travaux entrepris impliquent l’identification et la caractérisation des failles actives en utilisant notamment la méthode de l’Interférométrie Radar à Ouverture Synthétique (InSAR) couplée par l’analyse sismotectonique des zones actives. La déformation active en Afrique du Nord est concentrée essentiellement le long de la limite des plaques où les séismes forts à modérés sont dus à la convergence de la plaque Afrique vers l’Eurasie. La déformation de surface induite par ces séismes est souvent difficilement observable sur le terrain particulièrement dans le cas des séismes à magnitudes modérées associés à des failles aveugles (séisme d’El Hoceima, 2004 Mw 6.4, séisme d’Ain Temouchent 1999, Mw 5.7) ou dans le cas des failles cachées en mer (séisme de Zemmouri, 2003). L’application de l’InSAR aux zones tectoniques complexes où les ruptures cosismiques sont difficilement visibles, permet d’obtenir le champ de déplacement à une échelle centimétrique et de déduire les paramètres de la rupture. Par ailleurs, il est également possible d’évaluer les limites de l’application de cette méthode aux séismes à magnitudes modérées liés à différents domaines tectoniques (en compression, en extension et en décrochement). Les données SAR utilisées sont celles des satellites européens ERS-1, ERS-2 et ENVISAT ainsi que le satellite canadien RADARSAT.

Mots Clés : tectonique active ; sismicité ; cinématique ; séisme ; interférométrie ; surface ; Afrique du Nord ; Algérie ; Maroc

Présentation

Version intégrale (60,2 MB)

Page publiée le 9 décembre 2011, mise à jour le 21 janvier 2017