Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Réforme du secteur cotonnier dans le cadre des stratégies de réduction de la pauvreté au Mali : réflexions sur l’espace politique de décision

Université du Québec à Montréal (2009)

Réforme du secteur cotonnier dans le cadre des stratégies de réduction de la pauvreté au Mali : réflexions sur l’espace politique de décision

Robichaud, Aurelle

Titre : Réforme du secteur cotonnier dans le cadre des stratégies de réduction de la pauvreté au Mali : réflexions sur l’espace politique de décision

Auteur : Robichaud, Aurelle

Université de soutenance : Université du Québec à Montréal

Grade : Maîtrise en science politique. 2009

Résumé
En 1999, les institutions financières internationales (IFI) transforment les Programmes d’ajustement structurel (PAS) en Documents stratégiques de réduction de la pauvreté (DSRP). Ceci implique que pour obtenir un prêt où une abolition partielle et conditionnelle de sa dette, chaque pays doit élaborer un DSRP. Afin de refléter les intérêts et les besoins de la population, les DSRP doivent être élaborés à partir d’un large processus participatif ce qui suppose une appropriation des stratégies de réduction de la pauvreté par les populations ainsi que l’ouverture de l’espace public de décision des pays. Au Mali, l’on retrouve dans le DSRP une conditionnalité émise en 1998 par les IFI, à savoir la privatisation et la libéralisation de l’industrie cotonnière. Notamment en raison de l’importance de la filière coton depuis de nombreuses décennies en tant que vecteur de développement et de réduction efficace de la pauvreté, cette conditionnalité soulève plusieurs enjeux liés, entre autres, à la redéfinition du rôle de l’État et au niveau réel d’appropriation des réformes par la population. Dans le cas du Mali cette réforme n’a pas été souhaitée par la population et elle a engendré des résistances des différents secteurs de la société. Notre mémoire repose sur les prémisses de l’économie politique internationale et plus précisément sur une analyse de la redéfinition du rôle de l’État, découlant des conditionnalités des IFI, publié par Thomas J. Biersteker. Ainsi, nous cherchons à déterminer dans quelle mesure la réforme de la filière coton malienne implique effectivement une redéfinition du rôle de l’État et comment la façon dont cette réforme a été introduite a conditionné le processus participatif qui devait servir à la légitimer et ainsi influer sur les espaces politiques de décisions. Notre mémoire tente de démontrer que ces enjeux n’ont pas été pris en compte lors de l’élaboration de la réforme de privatisation de l’industrie cotonnière malienne. Après avoir étudié l’historique du coton au Mali et fait l’historique de la réforme de la filière coton et après avoir effectué un bilan de la privatisation et du processus décisionnel découlant des conditionnalités imposées par les IFI, nous concluons en formulant cinq réflexions axées sur l’amélioration de la légitimité des réformes et l’élargissement de l’espace politique de décision. Ces réflexions portent sur les thèmes suivants : • Le souci de cohérence entre leurs différentes recommandations des IFI • La diminution des conditionnalités, voire même leur abolition dans des domaines aussi sensibles que la privatisation • L’amélioration des modalités de participation de la population afin de faciliter l’appropriation des réformes • Les conditions permettant aux producteurs de participer activement à la réforme de leur filière • L’explicitation des enjeux politiques d’une réforme lors de son élaboration.

Mots Clés : Stratégie de réduction de la pauvreté, Espace politique de décision, Privatisation, Industrie cotonnière malienne, Processus participatif.

Présentation

Version intégrale (2,8 MB)

Page publiée le 9 décembre 2011, mise à jour le 30 décembre 2017