Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2011 → Mécanismes de mise en place du matériel salifère en Tunisie septentrionale : exemples du Jebel Ech Cheid et des structures voisines

Université de Tunis El-Manar (2011)

Mécanismes de mise en place du matériel salifère en Tunisie septentrionale : exemples du Jebel Ech Cheid et des structures voisines

Ben Slama Mohamed Montassar

Titre : Mécanismes de mise en place du matériel salifère en Tunisie septentrionale : exemples du Jebel Ech Cheid et des structures voisines

Implementation Mechanisms of salt material in nothern Tunisia : Examples from Jebel Ech Cheid and close structures

Auteur : Ben Slama Mohamed Montassar

Université de soutenance : Université de Tunis El-Manar

Grade : DOCTEUR D’UNIVERSITE Mention : Géologie 2011

Résumé
La structure de Jebel Ech sel Cheid est situé dans la province salifère du Nord de la Tunisie et se trouve au Sud-est du site archéologique Dogga / Téboursouk. Le rifting a commencé depuis la période triasique et s’est poursuivi au cours du Crétacé. Au début du Crétacé, ces structures ont abouti au "diapirisme" et à l’extrusion du sel dans le bassin sédimentaire. Dans les deux flancs du Jebel Ech Cheid, nous avons observé des preuves de la manifestation de la tectonique synsédimentaires tel que : failles normales sellé dans les dépôts albiennes, slumps, olistolithes, remaniements du matériel salifères dans les sédiments barrémiennes et albiennes.... Dans la période Jurassique/Crétacé inférieur la subsidence est importante et elle est lié principalement à l’amorce des mouvements du salifère triasique dans la région du Jebel Ech Cheid. Par la suite, l’épisode extensive majeur est installée depuis l’Aptien jusqu’au Sénonien inférieur. L’architecture du bassin sédimentaire est ordonnancée par des systèmes de failles héritées identifié par l’intermédiaire de profiles sismiques : il s’agit d’un système de rollover synthétique et antithétiques dans le bassin méridionale du corps salifère associé avec le mouvement de la failles de Téboursouk dans le flanc septentrionale.L’architecture du bassin sédimentaire construite aux cours du Mésozoïque été le principale facteur responsable à la naissance de la structure du Jebel Ech Cheid. Ensuite, la phase de compression majeure a été provoquée vers la fin du Crétacé supérieur et atteint son paroxysme à l’Eocène supérieur. Ainsi au cours de l’Oligocène il y a une période d’étirement. Enfin, les mouvements du salifère ont été influencés par les plissements tortoniennes et quaternaires. La délamination et les plissements des sédiments de couverture du matériel salifère a facilité le développement des ailes de sel. La structure salifère du Jebel Ech Cheid a été soumise à des forces compressives asymétriques édifiant des chevauchements sur les bordures, éventuellement renforcé par la gravité en raison de l’orientation des grandes failles normales héritées (NE-SW) et le rôle de la direction principale de compression (NW-SE). Par conséquent, la combinaison des mouvements chevauchement/décrochement dextre a donné naissance à une structure en queue de cheval bien visible dans le bassin de Gafour durant l’épisode du Quaternaire. Ainsi, nous considérons le corps salifère du Jebel Ech Cheid comme un dôme de sel avec des extrusions pulsatiles de sel à l’image d’un "glacier" de sel. Dans une période initiale à l’Aptien supérieur les abords de la structure sont à 451m et le taux d’extrusion de la masse de sel sur le fond de la mer a été calculée avec la méthode de Talbot est de l’ordre de 55,2 mm an-1. Il est également plus de 400 fois plus rapide que la vitesse de sédimentation la plus rapide des sédiments de couverture terminé en moyenne vers les 9 Ma du Barrémien/Aptien. Le dôme de sel a été ensuite enraciné et il a évolué vers une structure complexe qui a été déracinée après les plissements tertiaires et quaternaires. Au Nord de la Tunisie, près de Testour/Slouguia, nous avons conduit de nouvelles observations et révision biostratigraphique. À la lumière de ces apports, il est possible de mieux interpréter la relation entre le sel triasique et les séries mésozoïques encaissantes (T.M.). Auprès de la limite (T.M.), le matériel salifère se trouve remanié dans la série marno-argileuse de l’Albien inférieur. Dans tout le secteur, nous avons noté la quasi-absence du Jurassique. Nous proposons d’interpréter la mise en place du sel triasique de la structure de Chitana-Ed Djebes, d’une manière gravitationnelle dans une marge passive à l’Albien, à l’image des corps salifères de la province salifère du Golf Coast du Mexique. Un schéma rétro-tectonique de la structure salifère Chitana-Ed Djebs montre que cette mise en place s’est effectuée sur une paléo-pente sous-marine. En outre, on établit les indices de l’amorce de l’inversion tectonique post Campanien et son paroxysme de l’Éocène moyen à supérieur. Cette dernière est clairement fossilisée par la discordance de l’Eocène moyen-Lutétien sur les séries albiennes.

Mots Clés : Tectonique salifère – la marge passive su tethysienne – Tunisie septentrionale – Jebel Ech Cheid _ Salt tectonics – Southern tethyan passive margin – Northern Tunisia – Jebel Ech Cheid

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale (123,2 MB)

Page publiée le 9 mai 2012, mise à jour le 9 décembre 2019