Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Tunisie → Thèse soutenue → 2011 → Analyse de la réponse d’un mutant mitochondrial de Nicotiana sylvestris au manque d’eau

Université de Tunis-El Manar (2011)

Analyse de la réponse d’un mutant mitochondrial de Nicotiana sylvestris au manque d’eau

Rzigui Touhami

Titre : Analyse de la réponse d’un mutant mitochondrial de Nicotiana sylvestris au manque d’eau

Analyse of the response of the mitochondrial murant of Nicotiana sylvestris to water deprivation

Auteur : Rzigui Touhami

Université de soutenance : Université de Tunis-El Manar et Université Paris Sud - Paris XI (co tutelle)

Grade : Docteur en Sciences de l’Université de Tunis El Manar 2011

Résumé partiel
Pour étudier le rôle de la mitochondrie dans la tolérance à la sécheresse, la réponse à la contrainte hydrique a été comparée entre une lignée sauvage (WT) et un mutant CMSII (Cytoplasmic Male Sterile) de Nicotiana sylvestris. Chez le mutant CMSII, le complexe I mitochondrial est absent et la respiration est assurée par les NAD(P)H déshydrogénases alternes et elle est maintenue à un niveau supérieur de l’ordre de 20 à 30% à celui du WT. La différence observée entre les plantes WT et CMSII met en jeu non seulement le fonctionnement mitochondrial, mais également le fonctionnement des chloroplastes. En effet, l’activité photosynthétique du mutant est plus faible que celui du WT et elle est corrélée avec une plus faible conductance stomatique (gs) et mésophyllienne (gm).Après l’arrêt de l’arrosage, on observe que le contenu relatif en eau (RWC) diminue plus lentement chez les feuilles du CMSII. Ceci n’était pas le résultat d’une plus petite surface de transpiration ou d’une masse racinaire d’absorption plus élevé puisque le rapport partie aérienne/racine et la surface foliaire totale ont été similaires au début de l’expérience chez les deux génotypes. De plus la mutation n’a pas induit des changements au niveau des paramètres hydriques (P0, PTLP, RWCTLP) ni au niveau de la densité stomatique. La tolérance des plantes CMSII a été le plus probablement la conséquence de sa plus faible transpiration en conditions bien hydratées et aux premiers jours de déshydratation et non pas d’une meilleure efficacité d’absorption de l’eau puisque le contenu en eau du sol reste plus élevé chez CMSII après l’arrêt de l’arrosage. La plus faible conductance stomatique chez le CMSII bien hydraté a été expliquée par sa plus faible conductance hydraulique. De plus, contrairement au WT, le niveau des acides aminés totaux diminue au cours de la déshydratation lorsque le contenu en protéines solubles augmente chez les feuilles du CMSII, suggérant une accélération de la remobilisation des acides aminés. D’autre part, il a été aussi montré que le mutant CMSII est capable de s’acclimater mieux à la sécheresse que le WT lorsqu’ils ont été maintenus à un RWC de 80 % sur plusieurs jours. Sous ces conditions, la photosynthèse reste plus élevée chez le mutant que chez le WT. Cette meilleure acclimatation corrèle avec une plus forte photorespiration du CMSII sous conditions bien hydratées et sous conditions d’acclimatation. La photorespiration chez CMSII et le WT a été estimée par le transport électronique dévolu à l’oxygénation de RuBP et en plus par l’accumulation des métabolites impliqués dans la photorespiration.

Mots Clés : Sécheresse – Mitochondrie – Nicotiana sylvestris – Conductance stomatique – Conductance hydraulique – Photosynthèse – Photorespiration – Métabolites – Fluorescences chlorophyllienne
Drought – Mitochondria – Nicotiana sylvestris – Stomatal conductances – Hydraulic conductances – Photosynthesis – Photorespiration – Metabolites – Chlorophyll fluorescence

Présentation : SUDOC

Version intégrale

Page publiée le 9 mai 2012, mise à jour le 28 novembre 2019