Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Caractérisation et traitement des rejets industriels de la région de Souss Massa Draa

Université Ibnou Zohr (2010)

Caractérisation et traitement des rejets industriels de la région de Souss Massa Draa

Ziani, Fatima

Titre : Caractérisation et traitement des rejets industriels de la région de Souss Massa Draa

Auteur : Ziani, Fatima

Université de soutenance : Université Ibnou Zohr, Ecole Nationale des Sciences Appliquées, Agadir

Grade : Doctorat 2010

Résumé
Les effluents provenant de l’industrie de transformation de poisson, constituent une source importante de pollution surtout dans la région d’Agadir (Maroc) qui est marquée par une activité importante de pêche et de conserve. L’impact de cette pollution sur l’environnement est d’autant plus accentué par les changements climatiques que connait la région. Le traitement de ces effluents est indispensable pour préserver le milieu naturel et pour limiter leurs effets multiples qui touchent aussi bien la santé publique que les organismes aquatiques. Or, l’incapacité des procédés de traitement conventionnels de tels effluents, de salinité élevée et notamment concentrés en sulfate et en ammonium, a favorisé le développement des projets de recherche sur des technologies plus efficaces et plus écologiques pour la dépollution de ces effluents. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les travaux de recherche présentés dans cette thèse et dont l’objectif principal est de proposer de nouvelles technologies de traitement simples, économiques et bien adaptées à ce type d’effluents. Pour ce faire, nous avons en un premier temps réalisé une caractérisation qualitative et quantitative des effluents réels d’une unité de conserves de poissons implantée dans le grand Agadir. La deuxième partie de ce travail concerne l’étude de la viabilité de l’oxydation anodique pour le traitement de ces effluents. Cette technique fait partie de procédés dits d’oxydation avancée et dont la particularité est de générer des radicaux hydroxyles (OH•), puissants oxydants capables de dégrader la plus part des molécules organiques. L’oxydation anodique est marquée par la production directe et in situ des radicaux hydroxyles et d’autres radicaux inorganiques puissants qui contribuent à la dépollution des rejets. L’application de ce procédé serait encore plus environnementalement compatible et moins coûteuse vu la nature de l’effluent traité. Les résultats obtenus ont montré que la méthode proposée est parfaitement adaptée à l’élimination des polluants contenus dans l’effluent étudié et qu’elle permet d’obtenir des efficacités d’épuration très élevées, dépassant dans la plupart des cas 91 % en terme de la DCO et 76 % pour l’ammonium, dans des conditions opératoires optimisées et économiques. La troisième partie de ce travail s’appui sur une autre alternative pour dépolluer les effluents de conserve de poissons. C’est le traitement biotechnologique qui consiste en un isolement des bactéries à partir de ces mêmes effluents. Les bactéries optées et réutilisées pour le traitement offrent des potentialités remarquables pour dépolluer ces effluents en conduisant à un rendement important qui peut atteindre plus de 86 % pour la demande chimique en oxygène (DCO). La dernière partie de ce travail a été consacrée à l’évaluation et la comparaison des performances de minéralisation par les deux procédés étudiés. Cette évaluation a montré que les procédés d’oxydation anodique sont plus performants que le traitement biotechnologique. L’oxydation anodique des effluents de transformation de poissons semble être meilleure sans utilisation de réactifs chimiques, et avec une faible consommation d’énergie électrique et une facilité de mise en oeuvre. A la fin de cette partie, nous avons élaboré un couplage combinant l’oxydation anodique et le traitement biotechnologique, dans un but d’améliorer le rendement de la dépollution des effluents de transformation de poissons au niveau du rendement et du coût de l’installation.

Mots clés : Environnement ; Rejet industriel ; traitement

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 24 mai 2012, mise à jour le 12 janvier 2018