Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2010 → Contribution à la connaissance de la variabilité morphologique des lézards du genre Acanthodactylus en Algérie

Université Mohamed Khider de Biskra (2010)

Contribution à la connaissance de la variabilité morphologique des lézards du genre Acanthodactylus en Algérie

Laoufi Hayat

Titre : Contribution à la connaissance de la variabilité morphologique des lézards du genre Acanthodactylus en Algérie

Auteur : Laoufi Hayat

Université de soutenance : Université Mohamed Khider de Biskra

Grade : Magister 2010

Résumé
Le genre Acanthodactylus, est celui qui caractérise le mieux les populations de lézards du paléarctique occidental et saharienne. On retrouve, également quelques spécimens, en Espagne et en Asie. Mais c’est surtout en Afrique du Nord où on rencontre le plus gros des effectifs. Ce genre est considéré comme le plus spécieux dans la famille des Lacertidae ; il est scindé en quatre groupes (A. erythryrus, A. pardalis, A. boskianus et A scutellatus) avec 38 espèces énumérées dans l’encyclopédie des reptiles (EMBL). Cette diversité est associée à une variabilité morphologique importante au sein des populations. Aujourd’hui, la communauté scientifique s’accorde sur le fait que l’écologie de ces espèces reste mal connue. C’est pourquoi, nous avons entrepris l’étude de la variabilité phénotypique des caractères morphologiques externes, de quatre métapopulations de lézard du genre Acanthodactylus appartenant au groupe A. scutellatus. Nos échantillons, ont couvert quatre différentes stations situées au Sahara algérien : Adrar ; El Oued et Ghardaïa ; soit un effort de collecte de N = 211 spécimens dont 152 mâles et 59 femelles. Nous avons pris en compte 30 caractères morphologiques dont 14 biométriques et 16 scalamétriques. Les résultats révèlent un dimorphisme sexuel perceptible au niveau des caractères de taille et au niveau du nombre de pores fémoraux qui sont significativement plus développés chez les mâles. Aussi, nous avons mis en évidence que 19 des 30 caractères analysés sont discriminants et permettent par leur combinaison de caractériser la métapopulation de Ghardaïa. Ces descripteurs pourraient donc être utilisé pour statuer l’espèce présumée qui dance cas est Acanthodactylus dumerili (ssp. exiguus). En revanche, la métapopulation de Taleb Arbi semblerait, quant à elle, correspondre à Acanthodactylus scutellatus.

Mots Clés  : Lacertidae, Acanthodactylus, sexe ratio, variabilité morphologique, métapopulation, zone aride.

Présentation

Version intégrale (3 Mb)

Page publiée le 30 mai 2012, mise à jour le 15 septembre 2018