Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2012 → Réponse physiologique et anatomique de (Phaseolus Vulgaris L.) au stress de la salinité sur substrats sableux amandés en bentonite

Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (2012)

Réponse physiologique et anatomique de (Phaseolus Vulgaris L.) au stress de la salinité sur substrats sableux amandés en bentonite

TAHRI Miloud

Titre : Réponse physiologique et anatomique de (Phaseolus Vulgaris L.) au stress de la salinité sur substrats sableux amandés en bentonite

Auteur : TAHRI Miloud

Université de soutenance : Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem

Grade : Magister Sciences agronomiques Option : Gestion Conservatoire des Eaux, Sols et Environnement 2012

Résumé
Dans les régions arides et semi arides, la salinisation du sol constitue une contrainte écologique majeure. A l‘inverse des halophytes tolérantes aux sels, la plupart des espèces végétales sont rangées dans le groupe des glycophytes, dont les processus physiologiques et biochimiques sont affectés en présence de sel. Les sols riches en chlorure de sodium sont caractérisés par une abondance des ions Na+ et Cl– . Les ions Na+ perturbent l‘absorption des cations (Na+, K+, Mg2+ et Ca2+) ;alors que l‘accumulation excessive du chlore diminue l‘absorption des anions (Cl-, SO42-, HCO3- CO32-) indispensables à la croissance et au développement des végétaux en particulier les nitrates, les nitrites et les sulfates. Les sols sans bentonite irrigués par la solution nutritive et saline, présentent une teneur importante en sulfates à 50 meq.l-1 (NaCl + CaCl2). Les impacts de la salinité sur le développement et le rendement des végétaux sont aussi nombreux que difficiles à hiérarchiser. Les ions chlorure et sodium entrent dans les plantes par les racines et sont véhiculés par le xylème jusqu‘aux tiges et aux feuilles. Là, ils sont soit stockés, plantes de type « includer », soit peu retenus et revéhiculés par le phloème jusqu‘aux racines plantes de type « excluder ». Ces mécanismes de tolérance ou de sensibilité sont expérimentalement investigués sur une variété locale de( Phaseolus vulgaris L.), cultivée sous régime croissant de sels (50-100 200 meq.g.l-1 de NaCl+CaCl2) sur un sol sableux avec ou sans bentonite. La salinité provoque une accumulation accrue de la proline. Les teneurs de cet acide aminé augmente au fur et à mesure que la concentration saline augmente et aussi selon l‘organe et le stade de croissance. Cette accumulation du composé azoté se manifeste davantage dans les parties foliaires que dans les parties racinaires. Ainsi la production de proline est d‘autant plus marquée que l‘intensité des traitements est importante et les que feuilles sont jeunes c‘est à dire en conditions de multiplication cellulaire intense. Les variations de la teneur en proline évoluent dans des proportions plus ou moins faibles suivant les différents types de sol et la station étudiée. Les données obtenues montrent que l‘exposition des plantules de (Phaseolus vulgaris L.), à la salinité s‘est traduite par une chute de la croissance surtout de la partie aérienne, mais avec un sol amendé de bentonite, les plantules des trois stations montrent une grande adaptabilité. L‘effet de la salinité n‘est pas homogène pour tous les organes. Cet effet dépressif sur la croissance s‘est accompagné de modifications cationiques. L’accumulation des solutés compatibles induit elle aussi une diminution du potentiel hydrique et permet donc l’absorption de l’eau de l’environnement.

Mots clés : Sols, stress salin, bentonite, proline, ( Phaseolus vulgaris L.),

Présentation

Version intégrale (3,41 Mb)

Page publiée le 3 juin 2012, mise à jour le 29 août 2019