Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2010 → Recherche des marqueurs physiologiques : biochimiques et les composantes du rendement chez le haricot sous stress salin

Université d’Oran - Sénia (2010)

Recherche des marqueurs physiologiques : biochimiques et les composantes du rendement chez le haricot sous stress salin

BOUCHIKH Yamina

Titre : Recherche des marqueurs physiologiques : biochimiques et les composantes du rendement chez le haricot sous stress salin

Auteur : BOUCHIKH Yamina

Université de soutenance : Université Oran 1 - Ahmed Ben Bella (Université Es-Sénia)

Grade : Magister 2010

Résumé
En Algérie la production agricole est fortement limitée par plusieurs contraintes abiotiques dont la principale est la salinité. Face à ce facteur limitant la tolérance s’avère être la stratégie la plus efficace pour pallier les situations de stress. Le présent travail porte sur l’impact de la salinité à différentes concentrations variant de 50 à 100 et 200 meq de NaCl, sur deux génotypes de haricot (Phaseolus vulgaris L.) Djedida et Filet Jeton, provenant de l’importation. Les paramètres analysés sont d’ordre physiologique et biochimique et quelques paramètres de rendement sont également évalués, à partir de plantes cultivées en pots sous serre contrôlée. Le stress salin est imposé aux plantes à deux stades différents, pendant la floraison et pendant la fructification. Les résultats des indicateurs hydriques tels que la teneur relative en eau (TRE ou RWC) mesurée à la 30 ème et 60 ème mn, démontrent que les différentes concentrations salines ont provoqué une dévaluation de la teneur relative en eau des plantes en période de fructification ; à ce stade la variété Filet Jeton a subi une baisse plus significative de la teneur relative en eau des feuilles. La transpiration exprimée par la perte d’eau des feuilles excisées (RWL Relative Water Loss) est calculée après 30 et 60 mn, à la fin de la période d’application du stress. Les pertes en eau ont accusé une baisse chez les deux variétés seulement en période de fructification et la variété Djedida a perdu des quantités plus significatives en eau au cours de la même phase. De plus le stress salin a provoqué des variations biochimiques. En effet, l’augmentation des concentrations salines s’est accompagnée d’une importante accumulation de sucres solubles au stade fructification ; cette accumulation a été plus significative chez la variété Djedida. Néanmoins en période de floraison la plante a subi une nette régression de la teneur en sucres solubles chez les deux variétés, nettement plus marquée et significative pour la variété Filet Jeton. L’augmentation des concentrations salines a conduit à une chute rapide et très significative des teneurs en chlorophylle a, b, et en chlorophylle totale pratiquement chez les deux variétés ; ceci résulte vraisemblablement de la dénaturation des protéines pigmentaires à cause de l’effet de toxicité du NaCl. Le rendement a également été significativement affecté à la baisse par la salinité ; les résultats obtenus ont en effet indiqué le degré de sensibilité des deux variétés face aux traitements les plus sévères.

Mots clés : Phaseolus vulgaris L. ; Variétés ; TRE ; RWC ; Sucres solubles ; Chlorophylles ; Rendement ; Salinité.

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 3 juin 2012, mise à jour le 31 août 2018