Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2012 → Interannual variability and predictability of the Indian Summer Monsoon - El Niño Southern Oscillation system

UPMC (Paris VI) (2012)

Interannual variability and predictability of the Indian Summer Monsoon - El Niño Southern Oscillation system

BOSCHAT Ghyslaine

Titre : Interannual variability and predictability of the Indian Summer Monsoon - El Niño Southern Oscillation system

Variabilité interannuelle et prévisibilité du système Mousson Indienne d’Eté : El Niño Oscillation Australe

Auteur : Ghyslaine BOSCHAT

Université de soutenance : Université Pierre et Marie Curie (Paris)

Résumé
La Mousson Indienne d’été (ISM) et l’Oscillation Australe El Niño (ENSO) sont parmi les phénomènes climatiques les plus énergétiques et importants de la planète. Bien qu’ils soient localisés dans la région tropicale Indo-Pacifique, ces deux phénomènes peuvent avoir des répercussions climatiques à l’échelle globale via les téléconnections atmosphériques. Cette thèse vise à améliorer notre compréhension et la prévisibilité interannuelle d’ENSO et de l’ISM, en analysant leurs téléconnections grandes échelles, et en déterminant le rôle, dans cette prévisibilité, des modes majeurs de variabilité interannuelle observés dans les régions tropicales et extratropicales de l’Indo-Pacifique. A partir de diagnostiques statistiques d’observations sur les périodes 1950-1976 et 1979-2007, et d’expériences de sensibilité réalisées à l’aide du modèle couplé SINTEX-F, nous montrons l’importance des latitudes tempérées dans la prévisibilité du système ENSO-mousson. Des précurseurs robustes des évènements ENSO et ISM sont identifiés dans les régions du Pacific Nord et de l’Océan Indien Sud pendant l’hiver boréal précédent, apportant ainsi de la prévisibilité plus tôt que leurs traditionnels précurseurs tropicaux. De plus, cette prévisibilité de la mousson d’été est accrue pour les pluies en fin de saison (Août-Septembre). Cette deuxième partie de la saison de mousson se caractérise également par l’émergence de processus couplés océan-atmosphère dans l’Océan Indien, pouvant contrecarrer l’effet d’ENSO sur la mousson. Une amplification de ces rétroactions locales pourrait expliquer l’affaiblissement de la relation ENSO-mousson observé lors des dernières décennies.

Grade : Doctorat : Océanographie physique. Sciences atmosphériques : Paris 6 : 2012

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 6 juin 2012, mise à jour le 2 février 2017