Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2010 → Le Programme de développement de la productivité agricole au Mali (PAPAM)

2010

Le Programme de développement de la productivité agricole au Mali (PAPAM)

Mali

Titre : Le Programme de développement de la productivité agricole au Mali (PAPAM)

Fostering Agricultural Productivity Project Mali

Pays : Mali

Date d’approbation : 03-JUN-2010
Date de clôture : 30-SEP-2016

Type de produit : BIRD/IDA Association internationale de développement (IDA)

Emprunteur : GOVERNMENT OF MALI
Agence d’exécution : MINISTRY OF AGRICULTURE

Description
"Le Programme de développement de la productivité agricole au Mali (PAPAM) contribuera à la sécurité alimentaire du Mali et à des objectifs propres à la croissance agricole. L’objectif de développement du Projet met l’accent sur l’augmentation de la productivité des activités agricoles au sein des systèmes de production et des régions géographiques ciblées. Pour atteindre cet objectif, l’opération s’attaquera à la modernisation de l’agriculture familiale en : i) investissant dans des infrastructures et équipements adaptés (particulièrement pour l’irrigation à petite et grande échelle) ; ii) améliorant les services à l’agriculture (recherche, formation, conseils, financement, fourniture d’équipements, etc.) ; et iii) en mettant en place un environnement politique et institutionnel adapté pour aider à accroître la gestion des enjeux politiques des sous-secteurs. Le projet a pour objectif d’accroître la productivité agricole.

Le projet peut comporter certains risques environnementaux qui ont été clairement identifiés, notamment ceux qui ont trait à l’intensification des activités agricoles, à l’irrigation, à l’utilisation de l’eau ainsi qu’aux opérations post-récoltes liées au stockage et au traitement des produits. Le cadre de gestion environnementale comprend l’identification des risques liés aux différentes activités du projet au sein des systèmes de production ciblés ainsi que des mesures d’atténuation qui devront être mises en œuvre au cours de la phase d’exécution du projet. Le cadre de gestion sociale et environnementale est conçu pour aider à définir les impacts sociaux et environnementaux du projet. Il définit dans les grandes lignes les impacts sociaux et environnementaux des futures activités du projet et de ses composantes. Il permet également de définir les critères d’évaluation du projet ainsi que les mesures d’atténuation et d’indemnisation requises. Les effets négatifs de ce projet sur l’environnement humain sont : réinstallation de populations ; risques accrus liés à la gestion de produits phytosanitaires (par exemple, gestion imprudente des produits qui constituent une menace pour la santé humaine et l’environnement) ; conflits liés aux droits d’utilisation des terres (notamment la coexistence de différents droits fonciers et procédures de gestion des plaintes dans les villages touchés) ; conflits potentiels entre l’agriculture et l’élevage d’animaux ; migration accrue ; augmentation des installations agricoles et des autres installations humaines ; maladies hydriques (par exemple, une augmentation de la prévalence du paludisme, des cas de dysenterie et de schistosomiase, etc.) ; risques de détournement du projet (par exemple, des communautés ou entités héritant soudainement du projet en raison de difficultés de gestion) ; risques relatifs à la santé et à la sécurité attribuables à la gestion des pesticides (contamination du bétail par l’approvisionnement en eau, contamination des produits, etc. en raison d’une mauvaise gestion, mauvais conditionnement, etc.) ; risques pour la santé attribuables à une mauvaise utilisation des machines ; dégradation ou assèchement des sources d’eau ; conflits causés par l’utilisation des terres ou de l’eau et effets cumulés potentiels de la redistribution ; accès inégal aux droits sur les terres et l’eau (en particulier pour les femmes) ; et difficultés à intégrer les femmes dans les activités agricoles."

Informations financières
International Development Association (Ida) : 70 millions de dollars EU
International Fund For Agriculture Development : 32 millions de dollars EU
Local Farmer Organizations : 6,7 millions de dollars EU
Global Food Crisis Response Program 19,5 millions de dollars EU
Borrower : 23,7 millions de dollars EU
Coût total du projet : 151,9 millions de dollars EU **

** Le coût total du projet inclut l’ensemble des financements provenant de la Banque mondiale et d’autres sources, et est exprimé en millions de dollars EU.

Banque Mondiale

Page publiée le 24 août 2012, mise à jour le 6 juin 2020