Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2009 → Des glaciers au vignoble : gestion de l’eau et strategies d’irrigation dans les "terroirs" vitivinicoles de l’oasis de Valle de Uco (Mendoza, Argentine)

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (2009)

Des glaciers au vignoble : gestion de l’eau et strategies d’irrigation dans les "terroirs" vitivinicoles de l’oasis de Valle de Uco (Mendoza, Argentine)

Robillard Joris

Titre : Des glaciers au vignoble : gestion de l’eau et strategies d’irrigation dans les "terroirs" vitivinicoles de l’oasis de Valle de Uco (Mendoza, Argentine)

Auteur : Joris Robillard

Université de soutenance : Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Grade : Master 2009

Présentation
Dans ce travail s’agira de montrer que le passage d’un accès à l’eau traditionnel et gravitaire à un accès technologique et décomplexé des lois de la gravité constitue le moteur de la recomposition spatiale de l’Oasis de Valle de Uco. Pour ce faire, trois parties sont proposées au lecteur. La première partie a pour objectif de présenter le cadre d’études. La description des caractéristiques physiques de la province devrait permettre de comprendre les enjeux autour de la ressource en eau (en premier lieu celui de l’irrigation) et la manière dont elle contribue à structurer l’espace autour d’oasis dont celui de Valle de Uco. Une brève histoire du développement de cet oasis devrait aider à en éclairer les dynamiques actuelles. Celles-ci ne doivent cependant pas faire oublier que la majorité de la superficie cultivée reste irriguée par des cours d’eau dont les débits ne sont pas régulés, ce qui, dans le cas du réchauffement climatique actuel, pose la question de la disponibilité de la ressource en eau nivo-glaciaire et donc de sa gestion. La seconde partie se propose de présenter les principes et acteurs de la gestion de l’eau dans le système d’irrigation traditionnel. Que l’on ne s’y méprenne pas : il ne s’agit pas ici de faire le procès du système d’irrigation traditionnel, mais plutôt de comprendre dans quelle mesure les modalités de gestion de la ressource en eau ont contribué à l’émergence d’une « hydraulique individuelle » (RUF, Th., 2004). Le fait qu’à un moment donné certains acteurs aient préféré investir dans un « capital hydraulique propre » plutôt que de maintenir un « capital social » dans une organisation commune n’est pas anodin et demande un examen attentif des modalités de la gestion de l’eau afin d’en identifier les facteurs de blocage. La troisième partie a pour but de resituer le développement de cette « hydraulique individuelle » dans son contexte, celui de la reconversion du vignoble oasien vers un vin de qualité dans les années 1990 dont elle aborde les transformations territoriales et socioéconomiques. Il s’agit en outre de montrer comment l’innovation technologique en matière d’irrigation a engendré un nouveau type d’accès à l’eau qui redessine les limites de l’oasis et reproduit dans une large mesure la ligne de partage entre les « gagnants » et les « perdants ».

Memoireonline

Page publiée le 11 septembre 2012, mise à jour le 26 décembre 2017